Louiseville mettra le terrain de l'ancien magasin Croteau en vente

Le terrain où on aperçoit les débris sur... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Le terrain où on aperçoit les débris sur la photo, abritant jadis le magasin Croteau, sera mis en vente. La bâtisse a brûlé lors de l'incendie majeur qui a aussi détruit le restaurant El Greco.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Louiseville s'apprête à vendre le terrain abritant jadis le magasin Croteau, la bâtisse ayant brûlé lors de l'incendie majeur qui a détruit également le restaurant El Greco en mai 2016.

La Ville avait entrepris des démarches juridiques afin de forcer le propriétaire à nettoyer les débris laissés par le violent incendie du 23 mai. La vieille bâtisse qui a logé plus récemment un comptoir laitier a été détruite, mais jamais son propriétaire ne s'est manifesté depuis ce temps pour s'occuper du dossier. La Ville a alors obtenu l'autorisation de nettoyer les lieux et d'ajouter les frais de 30 603 $ aux taxes impayées par le propriétaire. Ce montant dépasse les 18 200 $ en date du 23 janvier et les intérêts s'accumulent au fil du temps qui passe.

Selon les documents de la Ville, le terrain appartient toujours à Jean-Michel Croteau. Il pourrait d'ailleurs régler la note afin de conserver sa propriété. Mais selon les rares discussions menées avec des représentants de la Ville, il n'aurait offert aucune collaboration.

En calculant certains frais juridiques, Louiseville s'attend à vendre le terrain pour environ 55 000 $.

«On peut vendre le terrain de gré à gré. On ne fera pas d'argent avec ça, mais on n'en perdra pas non plus», confirme le maire de Louiseville, Yvon Deshaies.

Ce dernier veut mettre en priorité la famille Lygitsakos dans la liste des acheteurs potentiels. Cette famille possède toujours le terrain de son ancienne pizzeria. Selon le maire, une première discussion à cet effet a eu lieu mercredi matin. Yvon Deshaies veut laisser le temps à la famille de réfléchir à cette offre, elle qui vient de rouvrir son restaurant après avoir acheté l'Arc en fleurs il y a environ deux mois.

Si cette offre est acceptée, la transaction pourra être conclue par le biais d'un huissier. Le processus est plus rapide qu'une vente pour taxes. Cette dernière façon de faire sera utilisée si jamais la Ville ne réussit pas à s'entendre de gré à gré avec un acheteur. Mais que ce soit avec l'un ou l'autre des procédés de vente, Yvon Deshaies veut régler le dossier dans les meilleurs délais.

«On va être débarrassé de lui (Jean-Michel Croteau). Ce n'est pas un bon citoyen corporatif. On n'aura plus affaire à lui et je n'ai pas de peine du tout.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer