Le Festival l'Aurore Boréale a le vent dans les voiles

La deuxième édition du Festival l'Aurore Boréale a... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

La deuxième édition du Festival l'Aurore Boréale a été un franc succès. Plus de 5000 personnes se sont déplacées à la Bâtisse industrielle vendredi et samedi pour déguster les produits d'une vingtaine de microbrasseries.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Filion
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Festival l'Aurore Boréale a le vent dans les voiles. Après avoir conclu samedi soir une deuxième édition remplie de succès, les organisateurs Jean-Philippe Martin et Simon Brunelle ont déjà les yeux rivés sur l'édition 2018.

«On est des entrepreneurs et on a deux visions un peu folles. On veut toujours grossir et toutes les fois qu'on pense à l'an prochain, on se dit: ''Qu'est-ce qu'on peut faire de mieux?''», lance Simon Brunelle.

Dès les premières heures vendredi, les visiteurs ont envahi la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières pour déguster les produits d'une vingtaine de microbrasseries d'un peu partout au Québec.

«On priorise toujours les gens de la région. D'ailleurs, toutes les micros de la région étaient présentes ce week-end. L'an dernier a tellement été une belle réussite que quand on a commencé à appeler des brasseurs d'ailleurs au Québec, ils nous connaissaient déjà. Ça nous a permis d'ajouter 14 nouveaux kiosques et on a même accueilli des gars de l'Ontario», commente M. Brunelle.

Une grande diversité de produits qui a attiré bon nombre de curieux. Ils ont été plus de 5000 à converger vers le Festival l'Aurore Boréale en deux jours, un nombre qui a de quoi satisfaire l'organisation.

«Au-dessus de 5000 personnes en région, c'est une réussite. En déménageant à la Bâtisse industrielle, on se devait d'accueillir beaucoup de gens parce qu'ici, quand il y a 500 personnes ç'a encore l'air vide. On a roulé à pleine capacité tout le week-end et tout le monde a adoré le festival. Les forains sont tous venus nous voir un par un pour nous dire que c'était l'un des plus beaux festivals de l'année», se réjouit Simon Brunelle.

En parcourant les différents kiosques, on se rendait vite compte de l'enthousiasme des brasseurs.

«On nous en a parlé l'an passé et on s'est fait inviter cette année. On avait vraiment le goût de voyager jusqu'ici pour faire découvrir nos produits, affirme Olivier Bouvrette, fondateur de la marque Vagabond, une microbrasserie itinérante de la région montréalaise.

C'est une belle découverte. Les gens de Trois-Rivières sont vraiment chaleureux et ont trippé sur nos produits. On sent qu'il y a une belle effervescence ici autour des bières de micros et les gens sont intéressés à découvrir les produits du Québec. 99 % des gens qui goûtaient à nos bières voulaient savoir où nous trouver», poursuit-il.

«On est très satisfait de notre première expérience au festival, commente Yves Brunelle, l'un des associés de la microbrasserie trifluvienne Les Frères Houblon. On est une des plus vieilles micros de la région, mais une des moins connues.

Ce genre d'événement est important pour nous. On a été très surpris de l'achalandage, mais c'est organisé dans un moment idéal. L'été tous les week-ends sont chargés alors qu'en hiver, une fois les dépenses des Fêtes passées, le moment est parfait.»

Même son de cloche du côté du propriétaire du Broadway de Shawinigan. «On est impressionné. Le déménagement a été bénéfique. On s'attendait à ce que cette année soit meilleure que l'an passé et on s'attend à encore mieux l'an prochain. On n'a jamais assez de visibilité et d'avoir un contact direct avec le client est très important», lance Jean-Luc Marchand.

Les microbrasseries ont la cote

Leur popularité est sans cesse grandissante et des événements comme le Festival l'Aurore Boréale le prouve: les microbrasseries ont la cote au Québec. 

«On est dans les années des bières. Les gens aiment découvrir différentes sortes de bières, un peu comme le vin est devenu beaucoup plus populaire il y a quelques années. C'est fini le temps où les gens ne buvaient que des bières commerciales», confirme M. Brunelle.

«Il y a de moins en moins de gens qui boivent de la bière, mais de plus en plus qui boivent de la bière de microbrasserie, ajoute Olivier Bouvrette. Les microbrasseries sont presque toutes basées en région et ça stimule les activités économiques.»

Plusieurs des microbrasseries présentes ce week-end au Festival l'Aurore Boréale ont d'ailleurs déjà démontré leur intérêt de revenir l'an prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer