Festival du poulamon: «On s'enligne vers une année record»

Le festival se termine ce week-end, mais la... (Olivier Croteau)

Agrandir

Le festival se termine ce week-end, mais la pêche se poursuit encore jusqu'au 19 février.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Sainte-Anne-de-la-Pérade) L'Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne se dirige vers une de ses meilleures années alors que le Festival de la pêche aux petits poissons des chenaux tient son dernier week-end de festivités. Le président, Steve Massicotte, croit même qu'on «s'enligne vers une année record».

«Les étoiles se sont alignées, cette année», dit-il. Le froid s'est mis de la partie très tôt, permettant d'ouvrir la saison le 26 décembre (par rapport au 15 janvier l'an dernier) et de profiter du temps des Fêtes, les visiteurs de l'extérieur sont nombreux et la ressource est abondante. «On voit des poulamons de tous les groupes d'âge. La ressource paraît en santé», assure-t-il.

Une analyse est d'ailleurs en cours afin de confirmer cette affirmation. «L'École forestière de La Tuque est en train d'étudier la question et va produire un rapport sur l'âge moyen des poulamons. C'est une première», indique M. Massicotte.

Certains groupes ont réalisé des pêches de 2000 poissons, raconte-t-il, quoique le but de l'exercice n'est pas du tout d'en arriver à un tel record, souligne-t-il. «D'autres ont pris 18 poissons et ont été très heureux de leur séjour», indique le président.

Selon les résultats obtenus, l'organisation n'écarte pas la possibilité d'allonger la saison d'une semaine, l'an prochain, laisse entendre M. Massicotte.

«On a des gens qui sont revenus après 20 ou 30 ans d'absence», se réjouit-il. C'est que l'expérience de la pêche aux petits poissons a beaucoup changé depuis le temps, fait valoir le président. «Il y a des tables et des chaises dans les chalets ainsi que l'électricité», illustre-t-il.

Et puis l'activité est devenue beaucoup plus familiale. D'ailleurs, ce dernier week-end du festival permettra à toute la famille de s'amuser puisqu'on organise un tournoi de volley-ball sur neige, une activité récurrente qui attire de plus en plus d'équipes, dit-il. Il y aura aussi du bubble-soccer et des fat bikes (vélos à gros pneus pour se promener dans la neige).

Mais l'activité qui rassemblera sans doute le plus de familles aura lieu samedi soir. Dans le cadre du 350e anniversaire de la municipalité de Sainte-Anne-de-la-Pérade, il y aura en effet un grand feu d'artifice sur la rivière. «On serait content d'accueillir 2000 personnes», indique le président du comité du 350e, Gilles Devault.

La soirée s'amorcera avec un spectacle d'Éric Masson, à 20 h. Puis, le feu d'artifice débutera à 21 h. Entre les deux, les organisateurs inviteront les gens à former une chaîne humaine afin de dessiner un gros 350 sur la glace. Un bâton phosphorescent sera remis à chaque participant afin que le 350 soit visible dans la nuit et puisse être immortalisé en photo. «On aura peu de temps pour le faire», indique M. Devault, puisque cette activité se déroulera entre le spectacle et le début des feux.

Steve Massicotte souligne qu'après le Festival, les amateurs de pêche blanche pourront bénéficier d'une semaine encore pour taquiner le poulamon puisque la saison ne se terminera que le 19 février.

Par ailleurs, ceux et celles qui ne savent pas quoi faire de leurs prises peuvent en faire don au Centre de la Biodiversité, à Bécancour. L'organisme lançait récemment un appel à tous sur sa page Facebook afin de pouvoir remplir ses congélateurs. Les petits poissons nourriront la loutre qui les apprécie grandement. On peut contacter le Centre par téléphone ou en privé, via Facebook.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer