Important virage  à l'île Saint-Quentin

Le président de la Corporation du parc de... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le président de la Corporation du parc de l'île Saint-Quentin, le conseiller municipal André Noël, ainsi que le directeur général Stéphane Lamothe.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'important virage amorcé en 2014 à la Corporation du parc de l'île Saint-Quentin commence à porter fruit.

Bien que le travail réalisé au cours des derniers mois n'ait pas été très visible sur la place publique, le président de la corporation, André Noël, estime que ce travail a été colossal et qu'il annonce aujourd'hui des jours meilleurs pour ce qu'il considère être l'un des plus beaux joyaux de la région.

Lors de son arrivée en poste à titre de président de la corporation, au début de l'année 2014, André Noël se souvient qu'un grand ménage s'imposait, et qu'il fallait d'abord et avant tout se concentrer à donner une mission, une vision et des valeurs à cette corporation, qui se laissait guider bien plus souvent par la question de la rentabilité que par une ligne directrice nécessaire à développer la vocation d'un tel lieu.

On se souviendra qu'en 2013, la corporation se retrouvait face à une situation bien précaire, notamment en raison d'irrégularités administratives constatées depuis 2003. Un montant de plus de 342 000 $ était dû à Revenu Québec, intérêts compris, et la Ville de Trois-Rivières avait dû éponger un déficit de 100 000 $, malgré les 600 000 $ de budget annuel versés à l'organisation.

Aujourd'hui, plus de trois ans après ces événements, force est de constater que de gros efforts ont été réalisés, un fait que même la vérificatrice générale n'a pas manqué de souligner dans la publication de son dernier rapport. La corporation a fait une déclaration volontaire à Revenu Québec et la Ville a remboursé quelque 120 000 $. Un plan d'action a ensuite été travaillé.

«Je pense que jamais nous ne nous étions posé la question à savoir ce qu'on voulait faire avec l'île Saint-Quentin. On développait des activités sur la seule base de leur rentabilité, et on s'éparpillait beaucoup», explique-t-il.

Désormais, la corporation se donne une ligne directrice qui guidera la suite de tous ses projets. Elle misera sur l'accès à un espace vert et de détente, offrant des activités de plein air, récréatives et éducatives mettant en valeur les potentiels naturels, maritimes et historiques du site, certains de ces aspects ayant été délaissés dans le passé, croit M. Noël.

«Quand Jacques Cartier est arrivé au Canada, il a planté deux croix, dont l'une était sur l'île Saint-Quentin. Comment se fait-il qu'on n'exploite pas davantage cette parcelle très importante de l'histoire», se questionne le président.

La corporation misera désormais sur un parc naturel, attrayant et distinctif, en ciblant davantage les familles en proposant un endroit accessible, propre et sécuritaire où on y prône la protection des lieux.

Du même coup, l'équipe en place souhaite miser sur des partenariats avec le milieu, comme elle a pu le faire en ramenant la finale de la Classique de canots de la Mauricie sur ses berges. On vise aussi à encourager les partenariats avec le milieu culturel, autant que de permettre aux organismes d'y tenir des activités.

Philosophie

«C'est un changement de philosophie qu'on veut proposer, on revoit entièrement notre façon de travailler», estime le directeur général de la corporation, Stéphane Lamothe.

D'ailleurs, le grand virage amorcé depuis 2014 a permis de réaliser certaines économies, en retravaillant complètement la gestion même de l'île. Alors que l'équipe comptait onze cadres jusqu'en 2013, elle n'en compte plus que cinq.

La corporation emploie également 40 personnes, dont 38 saisonniers, elle qui a déjà embauché jusqu'à 105 employés saisonniers dans le passé.

«Ça nous permet de donner plus d'heures à notre monde, mais aussi de développer chez eux une expertise plus grande, plutôt que de s'éparpiller comme on le faisait autrefois», mentionne André Noël.

Les employés ont d'ailleurs signé leur nouvelle convention collective en 2016, pour une période de six ans, permettant à la corporation de travailler sur des bases plus stables pour les prochaines années.

Tous ces efforts, en plus de l'abandon d'activités déficitaires comme la course de canot sur glace, ont permis de faire passer le budget d'exploitation de l'île déboursé par la Ville de 600 000 $ à 400 000 $, dégageant même un surplus budgétaire en 2015.

Déjà, de nombreux investissements ont été annoncés récemment, dont 2 M$ pour amener dès cette année l'eau et les égouts à l'île Saint-Quentin, de même que la réfection du toit du pavillon des baigneurs et une importante opération d'émondage et de plantation d'arbres, un investissement de près de 100 000 $, qui rendra plus sécuritaire la passerelle d'interprétation, appelée à reprendre du service dès le retour de la chaleur.

Finalement, la corporation s'attarde aussi à travailler sur une nouvelle grille tarifaire plus simple et plus conviviale, fait savoir André Noël. Évidemment, les tarifs de l'île lui permettent chaque année d'aller chercher 300 000 $ pour son budget d'exploitation, mais l'équipe en place souhaite maintenant changer l'approche par rapport à la tarification.

«On veut augmenter la qualité des activités, que les gens se disent que ça ne leur coûte pas cher pour tout ce qu'ils ont. On veut aussi permettre une plus grande souplesse pour les familles», évoque le président, rappelant que la gratuité à l'île n'est pas une avenue envisagée.

«Il faut aussi pouvoir préserver nos revenus pour donner les services que l'on donne», note celui qui salue, au passage, l'implication acharnée des membres du conseil d'administration qui ont travaillé très fort sur ce virage entrepris en 2014.

«On a eu l'appui indéfectible du conseil municipal. Ce sont de bonnes nouvelles qui arrivent pour l'île. Il y a eu un travail imposant qui s'est fait, mais qui n'a pas toujours été visible, et dont on ressentira les effets dans les prochaines années», assure André Noël.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer