Julie Boulet va rester dans Laviolette

Difficile de dissocier Julie Boulet de Saint-Tite, mais... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Difficile de dissocier Julie Boulet de Saint-Tite, mais la ministre régionale assure qu'elle ne se présentera pas dans Champlain à la prochaine élection provinciale si le dernier rapport de la Commission de la représentation électorale ne subit aucun changement. Sept municipalités de la MRC de Mékinac, dont Saint-Tite, passeraient alors du comté de Laviolette à celui de Champlain.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Extrêmement déçue de voir sept municipalités de la MRC de Mékinac se retrouver dans le comté de Champlain, la ministre du Tourisme responsable de la Mauricie et députée de Laviolette, Julie Boulet, confie que le nouveau découpage ne l'incitera pas à se présenter dans la circonscription voisine en 2018.

«Sincèrement, ça me crève le coeur», laisse tomber la femme originaire de Saint-Tite. «C'est mon chez-moi, c'est mon monde. Ça me crève le coeur de les perdre. Je pars de 35 000 électeurs à 53 000. Si j'avais gardé tout Mékinac, ça aurait fait environ 60 000. C'était trop. Ils ont décidé de prendre la hache et de couper ce morceau.»

Mme Boulet a déjà confirmé qu'elle avait encore le goût de servir. Pourrait-elle être tentée de se présenter dans Champlain dans ce nouveau contexte? Elle avait défriché ce comté lors de sa toute première campagne électorale, au palier fédéral, à l'automne 2000. Par respect pour son collègue, elle assure que cette hypothèse n'est pas envisagée. Surtout que Pierre Michel Auger confirme qu'il sollicitera un nouveau mandat l'an prochain.

«Ce comté est déjà à quelqu'un!», lance-t-elle. «Je demeure à Shawinigan. Pour moi, Champlain est à Pierre Michel. Ce n'est même pas une question que je me pose. C'est lui qui est le maître là-bas!»

Mme Boulet comprend le choc subi par son collègue Pierre Giguère dans Saint-Maurice, qui se retrouvera orphelin de comté à la prochaine élection.

«Le parti suit ça de très près et des propositions seront faites à Pierre, j'imagine», réfléchit la ministre régionale. «C'est compliqué. Pierre est très touché personnellement. Ce n'est pas facile pour personne; c'est une situation délicate.»

Jean-Denis Girard... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 2.0

Agrandir

Jean-Denis Girard

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Pierre Michel Auger... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 2.1

Agrandir

Pierre Michel Auger

François Gervais, Le Nouvelliste

Incompréhension

Pour le reste, Mme Boulet partage la surprise des maires de la région touchés par cette réforme. 

«Il y a quelque chose qui cloche dans la compréhension du territoire», glisse-t-elle. «Dans Mékinac, ça n'a aucun sens: sept villages d'un bord et trois de l'autre. Le développement économique ne peut pas fonctionner comme ça. Dans une même MRC, il faut une cohésion dans l'action. On est très déçus.» 

Jean-Denis Girard, député de Trois-Rivières, était tellement abasourdi par l'apparition du secteur Saint-Louis-de-France et de Notre-Dame-du-Mont-Carmel dans son comté qu'il s'est donné la peine de faire une vérification. Nulle part ailleurs au Québec, selon lui, un député doit passer par une autre circonscription pour visiter son propre comté!

«Il y a déjà de la confusion, à Trois-Rivières», partage-t-il. «Des gens des secteurs Cap-de-la-Madeleine ou Trois-Rivières-Ouest appellent à mon bureau et il faut les diriger à un autre endroit. Et voilà qu'on veut étirer le comté de Trois-Rivières dans une municipalité, Notre-Dame-du-Mont-Carmel, avec qui on n'a aucun lien naturel! J'ai été ébahi de ça.»

«De grâce, respectons les électeurs et les liens naturels des gens dans les comtés!», prie M. Girard.

«Ce qui fait qu'on est un bon député, c'est de bien comprendre les besoins. Dans ce cas, les besoins sont complètement différents. Ça rend le travail difficile, même si ça peut se faire. Mais ça n'aide pas la population. De la façon dont c'est découpé actuellement, ça deviendrait difficile de donner un bon service.»

De son côté, M. Auger qualifie de «virage à 180 degrés» la dernière proposition en comparaison au rapport préliminaire, déposé en mars 2015.

«Le comté de Champlain double son territoire et ajoute près de 5000 électeurs», résume-t-il. «Je vais travailler avec les gens qui seront dans le comté de Champlain, sans aucun problème. Mais pour l'instant, c'est une surprise, sincèrement.» 

Mme Boulet fait remarquer que des audiences publiques avaient été organisées après la première proposition de la Commission de la représentation électorale, ce qui lui a permis de corriger l'invraisemblable scénario selon lequel le secteur Shawinigan-Sud passait dans le comté de Maskinongé. Cette fois, il n'existe qu'une courte fenêtre pour corriger le tir. 

«Les gens que ça implique ne peuvent se faire entendre», commente-t-elle. «C'est un peu plate. Les gens de Mékinac subissent alors qu'ils n'ont rien vu venir. Notre-Dame-du-Mont-Carmel avec Trois-Rivières, ça n'a aucun bon sens!»

Les députés de la région plaideront leurs points une dernière fois lors du débat de cinq heures prévu d'ici mardi. Même si le message sera passé, Mme Boulet ne veut pas semer trop d'espoir sur la possibilité de nouveaux changements.

«Nous serons quatre députés et nous allons desservir toute notre population en donnant tout notre coeur, notre passion et notre rigueur», assure-t-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer