Église Sainte-Madeleine: «On s'est fait avoir»

L'ancienne église Sainte-Madeleine est devenue au fil du... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'ancienne église Sainte-Madeleine est devenue au fil du temps le rendez-vous de squatters. Il y a des trous dans les murs et des vitres cassées.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La paroisse Sainte-Marie-Madeleine fait appel à la justice pour faire vendre l'ancienne église Sainte-Madeleine afin d'être finalement payée pour une transaction qui remonte à 2013.

Cette photo démontre qu'il est assez facile d'entrer... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Cette photo démontre qu'il est assez facile d'entrer dans l'ancienne église Sainte-Madeleine.

François Gervais, Le Nouvelliste

Le projet de transformer l'ancienne église Sainte-Madeleine en... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

Le projet de transformer l'ancienne église Sainte-Madeleine en condos résidentiels n'a jamais vu le jour.

François Gervais, Le Nouvelliste

L'avenir de cet ancien lieu de culte prend des allures de cauchemar pour cette paroisse catholique du secteur Cap-de-la-Madeleine. En mai 2013, elle a vendu à des promoteurs la propriété au montant de 425 000 $.

Ces personnes avaient la volonté de transformer les lieux en condos résidentiels. Seulement 125 000 $ ont été versés. La patience des administrateurs de la paroisse a été mise à rude épreuve, si bien qu'ils ont demandé aux tribunaux de faire une vente en justice.

La cour a accepté la requête et la paroisse a embauché à la fin de l'été dernier une agence immobilière pour trouver un nouvel acheteur de l'ancienne église dont l'état se dégrade sérieusement.

«On a accepté la vente, il n'y a pas eu de mauvaise foi de la part du conseil de fabrique, mais on s'est fait avoir, déclare le curé Claude Lapointe. Les gens avaient l'air sincère et on a vu les plans. Mais l'argent n'était pas au rendez-vous. Ils ont fait des promesses, mais après un certain temps, il fallait aller au bout de ce qu'on peut faire.»

La paroisse n'est nullement intéressée à reprendre la bâtisse. Elle demandait un peu plus de 400 000 $ à la fin de l'été dernier. Le prix sera revu à la baisse, soit sous les 300 000 $, afin de susciter davantage l'intérêt de promoteurs prêts à investir dans un secteur de Trois-Rivières qui a déjà connu de meilleurs jours au plan économique.

Les propriétaires actuels pourraient aussi décider de payer le reste de la facture.

Une bâtisse de moins en moins sécuritaire

L'ancienne église Sainte-Madeleine est devenue au fil du temps le rendez-vous de squatters. La Ville de Trois-Rivières a envoyé un inspecteur en bâtiment pas plus tard que lundi. Le constat est clair: il faut sécuriser la bâtisse dans laquelle on peut entrer librement.

«Il y a des trous dans les murs, des vitres cassées. C'est la responsabilité du propriétaire de sécuriser les lieux. On sait que c'est une compagnie à numéros, on a tenté de joindre ces gens-là de vive voix et on n'y arrive pas.

D'ici quelques jours, on va leur envoyer une lettre enregistrée pour les informer qu'ils ont 10 jours pour sécuriser les lieux. Sinon, la Ville va le faire à leur place et on va leur envoyer la facture», confirme Yvan Toutant, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières.

L'histoire de l'ancienne église Sainte-Madeleine présente certaines similitudes avec l'ancienne église Sainte-Philippe, reconnaît M. Toutant. Mais contrairement à l'ancien temple catholique du secteur Sainte-Madeleine, celui du quartier Saint-Philippe devait être démoli.

«Pour l'ancienne église Sainte-Madeleine, on ne parle pas de démolition. Le bâtiment n'est pas jugé dangereux et le propriétaire n'est pas en retard pour le paiement des taxes municipales», précise M. Toutant.

Malgré de nombreuses recherches, Le Nouvelliste n'a pu entrer en contact avec le propriétaire.

Des arrestations

La présence connue de squatters a mené à une intervention policière lors de la soirée du 14 janvier. Des citoyens ont contacté la Sécurité publique de Trois-Rivières, car un petit feu avait été allumé dans l'ancienne église. 

«L'appel a permis l'arrestation de trois suspects d'âge mineur. Des procédures sont intentées devant le tribunal à l'égard de ces trois jeunes-là», déclare l'agent Michel Letarte, porte-parole de la Sécurité publique de Trois-Rivières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer