De 67 à 13 paroisses: implantation d'ici janvier 2018

De gauche à droite: Lise Filteau, coordonnatrice de... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

De gauche à droite: Lise Filteau, coordonnatrice de la pastorale d'ensemble pour le diocèse, Mgr Luc Bouchard et Serge Simard, coordonnateur du développement organisationnel.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Au terme de 70 rencontres de consultation auprès de 2800 personnes et de 18 forums de communautés locales ayant mobilisé quelque 3500 personnes pendant deux ans et demi, l'évêque de Trois-Rivières, Mgr Luc Bouchard, a annoncé officiellement, lundi, la fin de la première phase du Tournant missionnaire dans son diocèse.

L'évêque confirme en effet la création de 13 nouvelles paroisses qui remplaceront les 62 paroisses et les 5 dessertes existantes. Ces dernières, en échange, deviendront des communautés de proximité.

Ces nouvelles paroisses vont être animées, dès septembre, par des équipes de pastorale paroissiale comportant chacune un prêtre modérateur qui portera la charge pastorale que lui confiera l'évêque, de même que des agents de pastorale, des diacres, des prêtres collaborateurs, un intervenant jeunesse pour prendre soin des nouvelles générations et peut-être d'autres laïcs, au besoin.

Le diocèse se donne jusqu'en janvier 2018 pour mettre en oeuvre cette réforme.

Ainsi, dans la zone de Trois-Rivières, il n'y aura plus que trois paroisses dont deux seront formées de cinq anciennes paroisses chacune qui deviendront des communautés de proximité.

Dans chaque ancienne paroisse (communautés de proximité), il y aura aussi une petite équipe de 3 à 5 personnes bénévoles qui vont déployer la mission avec l'équipe de paroisse.

Seule la paroisse Saint-Patrick, qui dessert la communauté anglophone, conserve une organisation pastorale particulière.

Dans la zone Des Chenaux, il n'y aura que deux paroisses dont une sera formée de quatre anciennes paroisses et l'autre, de cinq anciennes paroisses.

Dans Mékinac, il n'y aura que deux paroisses, une formée de cinq anciennes paroisses et l'autre, de six.

Quatre paroisses formeront la zone Centre et Haut Saint-Maurice. La première regroupera deux anciennes paroisses, la deuxième cinq, la troisième sept et la quatrième, deux anciennes paroisses, incluant Wemotaci.

Finalement la zone Valentine-Lupien comptera trois paroisses, la première formée de sept anciennes paroisses, la deuxième de cinq et la troisième de sept.

Le Tournant missionnaire, rappelons-le, s'effectue non seulement dans le diocèse de Trois-Rivières, mais partout dans le monde depuis plusieurs années. «C'est à l'invitation du pape François qui nous invite à être davantage missionnaire, à prendre notre responsabilité de baptisé, prendre soin des gens, ajuster notre langage et ajuster nos activités», explique Lise Filteau, coordonnatrice de la pastorale d'ensemble pour le diocèse de Trois-Rivières.

«Les gens ont changé, les générations ont changé aussi. On a besoin de donner une place à Jésus-Christ dans nos vies et un tournant missionnaire, c'est faire en sorte que, comme baptisé, on puisse annoncer l'Évangile, on puisse donner le goût de Jésus-Christ au monde», ajoute-t-elle.

Serge Simard, coordonnateur du développement organisationnel, rappelle que «traditionnellement, une paroisse, c'était une communauté, un clocher. Les paroisses sont déjà régies, encadrées par une loi civile qu'on appelle la loi sur les fabriques. Le même cadre juridique est maintenu», explique-t-il.

Toutefois, un nouveau cadre administratif a été créé. «On aura une corporation de fabrique qui va avoir à gérer plusieurs communautés», dit-il. «Comment cela va-t-il se faire? Les consultations des derniers mois nous ont permis beaucoup de clarification pour trouver des solutions», dit-il.

Parmi les principales solutions retenues, il y aura «le respect du patrimoine financier des communautés. Les fabriques vont être propriétaires de l'ensemble des actifs, mais le patrimoine financier des anciennes paroisses sera dédié aux communautés. D'autre part, cette réforme respectera le patrimoine des églises. Tant que la communauté est capable de subvenir à l'entretien, rénovation et maintien de leur bâtisse, ce sera possible», dit-il.

Une condition a toutefois été mise en place en vue de dépenses communes pour la mission pastorale qui passe avant les bâtisses, explique-t-il. «On va créer des comités de transition (en mars) qui vont mettre en place ces nouvelles paroisses», dit-il.

Leurs deux principaux mandats seront de déterminer un siège social pour la future paroisse et de déterminer aussi les points de services.

Pour les secteurs urbains de Trois-Rivières et Shawinigan, «on demande aussi de faire un plan sur les églises d'ici juin 2018», indique M. Simard L'idée est de dresser un carnet de santé des bâtiments religieux.

Ce dernier se fait rassurant: «Pour M. et Mme Tout-le-Monde, il y aura une continuité des services pour les célébrations», précise-t-il

«On n'est pas dans une rupture complète. C'est surtout au niveau des structures de gestion et des structures d'animation qu'il y a des personnes plus impliquées dans le bénévolat ou salariées qui seront plus sujettes à vivre des changements», indique M. Simard.

Du côté de Nicolet

Du côté du diocèse de Nicolet, la responsable des communications, Jacynthe Lafrance, rappelle que le processus des fusions de paroisses s'était amorcé en 2005 pour se terminer en 2014. Le nombre de paroisses était alors passé de 85 à 26, sur le territoire.

Quant à ce que ce diocèse appelle le passage missionnaire, il est toujours en cours de réalisation, indique Mme Lafrance.

Le diocèse de Trois-Rivières en campagne de financement

Le diocèse de Trois-Rivières, par l'entremise de la Fondation de l'Office diocésain de pastorale, organise sa 45e campagne de financement qui a été lancée officiellement il y a quelques jours. 

L'objectif a été fixé à 130 000 $ cette année. Cet argent servira principalement à financer les dépenses de pastorale, notamment pour mettre en oeuvre les orientations diocésaines de la fusion des paroisses, pour accompagner les couples qui se préparent à vivre le sacrement du mariage, pour soutenir les familles qui vivent un deuil périnatal, pour assurer la formation et l'accompagnement des catéchètes et pour soutenir les adultes et familles dans leur cheminement de foi. 

La mission de la Fondation créée en 1972 est de stimuler et d'habiliter les personnes en responsabilité dans les structures ecclésiales et les différents milieux de vie, pour poursuivre la mise en oeuvre de la mission de l'Église diocésaine et la pérennité des services de pastorale. 

Pour plus d'information ou pour faire un don, consultez le site internet du diocèse au www.diocese-trois-rivieres.org.

Avec Kim Alarie

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer