Accident mortel sur la route 155: rencontre à venir

Daniel Deschamps a perdu sa fille et sa... (Caroline Bérubé)

Agrandir

Daniel Deschamps a perdu sa fille et sa petite-fille dans un tragique accident sur la route 155 au début du mois de janvier.

Caroline Bérubé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) À la suite d'une conférence téléphonique avec Daniel Deschamps, qui a perdu sa fille et sa petite-fille dans un tragique accident sur la route 155 au début du mois de janvier, la ministre régionale Julie Boulet a convenu d'organiser une rencontre avec la famille et le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

Le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, Laurent Lessard, a participé à l'échange téléphonique. On sait que M. Deschamps réclame une diminution de vitesse au kilomètre 107 et une réfection de la courbe. Il menace même de bloquer la route 155, le 4 mars prochain, sur les lieux de l'accident, pour faire entendre ses revendications.

«Le ministre a dit qu'il était prêt à se déplacer car M. Deschamps voudrait lui montrer la courbe et il a même parlé d'une rencontre à l'hôtel de la ville de La Tuque avec la présence du maire», a rapporté la députée de Laviolette lors d'un point de presse à Trois-Rivières.

Selon elle, son collègue aux Transports s'est dit tout à fait conscient de la situation. «Il a dit que lorsqu'il y avait des rapports du coroner, on portait une attention particulière à la correction des routes. Et c'est ce qu'on était pour regarder dans le cadre de la prochaine programmation», a-t-elle fait savoir.

Il semble bien que M. Deschamps souhaiterait une réparation immédiate. «Mais il faut commencer par des plans et devis, voir si ça implique le déplacement d'utilités publiques ou l'expropriation. Si on l'inclut dans la programmation à très court terme, ça veut dire que ça va suivre son cours et que ça va se faire rapidement», explique Mme Boulet. 

Quant à la demande du citoyen de diminuer la vitesse, la ministre régionale indique qu'il faudra d'abord en évaluer les impacts auprès des ingénieurs et des spécialistes de la sécurité routière, compte tenu qu'il s'agit d'une route nationale. «On comprend la situation et si des interventions s'avèrent nécessaires au niveau de la sécurité, elles se feront», a-t-elle conclu.

Pour sa part, Daniel Deschamps estime que la rencontre a été courtoise, mais non concluante. Il a même invité les élus à se présenter lors de son blocus sur la route 155.

«C'est un premier contact qu'on a eu poliment. Je les dérange avec les médias. [...] Je leur ai transmis mes exigences. Ils doivent refaire cette courbe-là au printemps. On m'a dit que ce ne serait pas possible à cette période-là puisqu'ils sont encore en analyse. J'ai exigé aussi qu'ils diminuent la vitesse à 50 km/h dans ce secteur-là. Ils continuent à parler d'études», a commenté M. Deschamps.

Ce dernier a affirmé que ses interlocuteurs n'avaient pas été tellement réceptifs.

Avec la collaboration d'Audrey Tremblay




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer