La Fondation Sunny D. Extrême en pleine expansion

Alain Desbiens, président de la Fondation Sunny D.... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Alain Desbiens, président de la Fondation Sunny D. Extrême, se réjouit de l'expansion prise par l'organisme.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le succès du projet Sunny Action auprès des aînés fait en sorte qu'il sera fort probablement déployé auprès de 17 centres d'hébergement et de soins de longue durée de la Mauricie et du Centre-du-Québec dès l'été.

Actuellement, la quarantaine d'adolescents qui offrent du bénévolat à des aînés le font au sein de trois établissements de Shawinigan. Le Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec vient de publier une lettre d'appui à la Fondation Sunny D. Extrême pour que son action soit élargie.

«Avec 17 CHSLD, on va toucher 1756 aînés à Drummondville, Trois-Rivières, Shawinigan, La Tuque, Victoriaville, Nicolet et Louiseville. C'est une belle marque de confiance», commente avec joie Alain Desbiens, le président de la Fondation Sunny D. Extrême lancée en mémoire de son fils, Sunny, décédé il y a près de 10 ans.

Le projet Sunny Action consiste à offrir du temps aux aînés dans les centres d'hébergement durant la saison estivale. Que ce soit par le biais d'une sortie à l'extérieur ou le temps d'une partie de cartes, les jeunes divertissent les personnes âgées.

«Chaque jeune fait 70 heures de bénévolat par été. Il se fait 200 activités par été avec les aînés. Les jeunes vont les maquiller, les coiffer, les amener faire un pique-nique, ou simplement jaser. Les jeunes apprennent des choses au contact des aînés, prennent de l'expérience. Les jeunes sont gagnants, les aînés sont gagnants et les parents des jeunes aussi: la mère d'une adolescente me disait qu'avant, sa fille n'était pas du monde. Aujourd'hui, elle est devenue une adolescente responsable», donne comme exemple M. Desbiens.

Dans sa lettre d'appui, le CIUSSS souligne que ce projet permet d'établir des rapprochements entre les générations ayant un impact positif autant pour les aînés que pour les jeunes. Selon le CIUSSS, ce genre de projet contribue à l'engagement social, à l'entraide et au développement de futurs citoyens responsables du bien-être de ses semblables dans la communauté.

«On appuie l'nitiative de la fondation. On est ouvert à étendre le projet à plusieurs centres d'hébergement, étant donné la réussite du projet dans des centres d'hébergement au Centre-de-la-Mauricie», déclare Guillaume Cliche, porte-parole du CIUSSS.

Certaines étapes doivent être franchies avant de réaliser le déploiement à 17 CHSLD. Des rencontres avec les services d'animation et de loisirs des CHSLD doivent avoir lieu, de même que des efforts pour le recrutement des jeunes.

La fondation devra aussi assurer le financement de l'expansion de ses activités, car l'élargissement du territoire couvert par le projet Sunny Action fera grimper le nombre de participants à 200. La fondation fonctionne actuellement avec un budget d'environ 20 000 $ par année. Cette somme sert à payer les gilets des bénévoles, leurs repas, les passes d'autobus, etc. Les frais d'administration et le versement de dons et de bourses sont inclus dans cette somme.

Maintenant que le projet va couvrir 17 CHSLD, le budget de la fondation devra grimper à environ 50 000 $. La fondation, qui mise sur une subvention du ministère de la Santé qui était de 20 000 $ l'année dernière, organisera différentes activités de financement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer