Les nouveaux arrivants craintifs

Ivan Suaza, directeur du SANA.... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Ivan Suaza, directeur du SANA.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Service d'accueil aux nouveaux arrivants (SANA) de Trois-Rivières, a eu à intervenir auprès de plusieurs familles, lundi, qui craignaient beaucoup ce qui venait de se produire dans une mosquée de Québec, dimanche soir.

Le coordonnateur du SANA, Ivan Suaza, indique d'ailleurs que bien des familles de confession musulmane ont préféré ne pas envoyer leurs enfants à l'école lundi, par crainte d'un autre attentat.

«Des écoles nous ont signalé que plusieurs enfants ne s'étaient pas présentés à l'école. C'est certain que les parents ont peur, ils ne savent pas ce qui va se passer. Dans l'incertitude, ils ont voulu garder leurs enfants avec eux», a-t-il indiqué.

Évidemment, la plupart des réfugiés syriens arrivés récemment dans la région sont de confession musulmane. M. Suaza indique qu'en plus de devoir composer avec l'apprentissage d'un nouveau mode de vie et de l'adaptation à leur pays d'accueil, ces réfugiés n'avaient pas besoin de vivre une telle crainte dans ce pays supposé représenter la paix et la sécurité.

«C'est dur d'entendre ce qu'ils ont à nous dire. Ça me fait mal pour les enfants. Je pense aussi aux enfants qui étaient dans la mosquée de Québec et qui ont vu l'horreur. C'est triste de penser aux répercussions que ça aura sur les enfants», a indiqué M. Suaza, visiblement choqué des événements.

Le coordonnateur du SANA indique que son organisation se donne comme mandat de rassurer les gens, de leur rappeler que ce pays est sécuritaire, mais dit comprendre aussi leur réaction en voyant un tel acte, même s'il s'avère être isolé. 

«C'est la moindre des choses que d'essayer de les rassurer. Nous allons tenter d'organiser une journée, très prochainement, dédiée aux famille syriennes, mais aussi pour toutes les autres familles qui pourraient en avoir besoin, afin de parler avec eux, les rassurer et les écouter», a-t-il mentionné. Cette activité pourrait se tenir au cours des prochains jours, mais lundi soir, tous les détails n'avaient pas encore été finalisés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer