Place à l'Open d'échecs de Trois-Rivières

Gilbert Mercure dirige l'équipe de relance du rendez-vous... (François Gervais)

Agrandir

Gilbert Mercure dirige l'équipe de relance du rendez-vous maintenant appelé l'Open d'échecs de Trois-Rivières.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) En devenant l'Open d'échecs de Trois-Rivières, l'ancien Championnat ouvert d'échecs de la Mauricie ne change pas que de nom. Pilotée par Gilbert Mercure, la relève de l'organisation souhaite voir croître le tournoi, notamment en attirant des participants de l'Ontario, des Maritimes et du nord des États-Unis.

À 43 ans, le tournoi d'échecs de la région est le deuxième plus ancien au Québec, après celui du Carnaval de Québec. «C'est un tournoi qui sortait des sentiers battus parce qu'il offrait une démocratisation des prix. Mais cette formule-là a fait son temps, surtout depuis l'arrivée du jeu en ligne», résume Gilbert Mercure pour justifier le virage entrepris cette année.

La démocratisation des prix dont parle M. Mercure fait référence à l'ancienne formule qui offrait des bourses égales pour chacune des cinq catégories de joueurs. Peu importe le calibre du joueur, qu'il soit maître ou débutant, le montant des prix mérités était le même pour tous. Avec l'avènement du jeu en ligne, où les occasions de s'adonner à ce loisir avec une grande flexibilité se sont multipliées, le défi était de trouver des moyens de motiver les joueurs à participer à des tournois «en personne».

«Pour amener les joueurs à se déplacer, à louer une chambre d'hôtel et à prendre de leur temps pour venir faire un tournoi, il fallait réinventer l'offre du tournoi. Il fallait augmenter les bourses, chercher des commanditaires, des gens qui viendraient nous appuyer pour rendre ça plus intéressant», énumère M. Mercure. Le changement majeur est passé par l'établissement de bourses en fonction du calibre des participants. 

Quatre sections (au lieu de cinq) divisent maintenant les joueurs, selon leur cote. Les bourses varient pour chaque classe, et vont en décroissant pour les 1er, 2e et 3e de chaque section.

«Avant, on donnait 1000 $ au gagnant de la section E, et 1000 $ à celui de la section élite. Les joueurs ne veulent plus de cette formule-là. Ça avait créé une espèce de lassitude par rapport à Trois-Rivières malgré que le tournoi ait déjà attiré plus de 300 joueurs. Quand on a fait une étude pour savoir pourquoi les joueurs s'inscrivaient moins, ce qui est ressorti est le fait que les bourses n'étaient pas reliées aux catégories», illustre M. Mercure. L'an dernier, 175 personnes s'étaient inscrites au tournoi, ce qui est peu par rapport aux statistiques passées.

Les nouveaux organisateurs souhaitaient aussi rafraîchir l'image de marque du tournoi. De nouveaux outils de communication et un changement de nom ont concrétisé cette volonté. Créé en 1973 par des pionniers des échecs de la région dont Roger Greiss et Renaud Beaudry, le Championnat ouvert de la Mauricie s'est tenu en divers endroits dont au Collège Shawinigan, au Cégep de Trois-Rivières et au Pavillon Saint-Arnaud. Depuis 1995, il se déroule à l'hôtel L'Urbania.

«Un des problèmes, c'était la notoriété spontanée du Championnat ouvert de la Mauricie et la difficulté à vendre le nom. Le choix s'est arrêté sur Open d'échecs de Trois-Rivières», indique Gilbert Mercure, qui a été mandaté par le conseil d'administration du Club d'échecs de Trois-Rivières, l'été dernier, pour diriger la relance de l'événement.

«Il était vraiment important de trouver un nouveau nom parce qu'on veut développer le marché de l'Ontario, des Maritimes et du nord des États-Unis, où il y a un grand bassin de grands maîtres. Le but est d'aller chercher assez de maîtres internationaux et de super cotés pour être reconnu comme un événement d'importance. Plus on a de maîtres et grands maîtres, plus notre tournoi devient prestigieux, et plus ça attire», décrit M. Mercure.

Le nouveau nom, considéré comme plus dynamique, a été choisi parce qu'il rattachait plus directement l'événement à Trois-Rivières et qu'il pouvait à la fois être utilisé en français et en anglais.

«Le Club d'échecs, par tous ces changements, veut vraiment réaffirmer la place de Trois-Rivières parmi les grands tournois canadiens», conclut M. Mercure, qui voit les échecs non pas nécessairement comme un jeu, mais comme un duel de résolution de problèmes.

L'Open d'échecs de Trois-Rivières se tiendra à L'Urbania les 17, 18 et 19 mars, avec un total de 11 000 $ en bourses garanties. On peut s'inscrire au oe3r.org.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer