Croix-Rouge: la valeur du contact humain

Pascal Mathieu est le vice-président pour le Québec... (François Gervais)

Agrandir

Pascal Mathieu est le vice-président pour le Québec au sein de la Croix-Rouge.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le contact humain. Voilà ce que les bénévoles de la Croix-Rouge offrent lors de leurs interventions durant des sinistres, un geste autant apprécié des victimes que des aidants.

La direction québécoise de la Croix-Rouge faisait une tournée régionale, vendredi, afin de dresser le bilan des activités de 2016. En Mauricie, les bénévoles ont oeuvré durant 51 incidents ayant fait environ 200 victimes. Ces incidents sont principalement des incendies de résidences. Le bilan de 2016 surpasse la moyenne des cinq dernières années qui est de 40 incidents pour 180 sinistrés.

«Même quand on ne remarque pas un incendie dans les nouvelles, on est là. Ça fait partie de notre mandat, en plus de participer à des opérations comme l'accueil de réfugiés syriens et l'appui à des événements comme l'incendie à Fort McMurray. Mais le contact humain est le même pour des gens victimes d'un incendie dans un bungalow ou à Fort McMurray. C'est le même geste: réconforter les gens. Et c'est le premier geste avant de faire le reste. On offre l'hébergement, les repas et les vêtements. Mais tu ne peux pas offrir ça si tu n'as pas réconforté la personne», énumère Pascal Mathieu, vice-président pour le Québec.

L'accueil de 11 000 réfugiés à l'aéroport Montréal-Trudeau a nécessité l'apport de 1000 bénévoles de la Croix-Rouge, dont six provenaient de la Mauricie. Ceux-ci ont entre autres remis des vêtements chauds à des gens fatigués par un long vol et qui n'avaient jamais connu la rigueur des hivers québécois. Ils ont assuré leur transport vers leur région de destination.

Le feu de forêt de Fort McMurray a été un autre événement marquant pour la Croix-Rouge en 2016. Avec quelque 95 000 sinistrés, la Croix-Rouge a dû innover pour offrir un service rapide et efficace. L'organisme a entre autres accepté les inscriptions en ligne et analysé des cas par téléphone.

«Chaque nouveau sinistre nous force à revoir nos façons de faire pour être efficace au prochain. L'objectif est d'aider les gens le plus rapidement possible», explique M. Mathieu, en soulignant que deux bénévoles de la Mauricie étaient de l'opération à Fort McMurray.

Financement et recrutement

La Croix-Rouge regroupe 5000 bénévoles au Québec, dont 81 en Mauricie et 53 au Centre-du-Québec. Contrairement à d'autres organismes, le recrutement de bénévoles se passe plutôt bien, d'après Pascal Mathieu.

«Les gens entendent parler de nous lors d'événements et la nature du travail qu'on fait nous aide. Mais on est toujours ouvert à des candidatures.»

Ces bénévoles sont affectés sur le terrain lors de sinistres ou participent aux activités de financement. L'argent demeure le nerf de la guerre pour un organisme comme la Croix-Rouge qui fonctionne avec un budget avoisinant les 13 millions de dollars pour la division québécoise.

L'organisme mise sur différents moyens d'amasser de l'argent, dont des collectes dans des commerces et aussi des activités spécifiques. Un biathlon aura d'ailleurs lieu au site de Biathlon Mauricie à Notre-Dame-du-Mont-Carmel les 18 et 19 février au profit de la Croix-Rouge.

Le budget de fonctionnement de la Croix-Rouge sert à payer les nuitées d'hôtel, les repas au restaurant et les vêtements remis aux personnes sinistrées. Le budget couvre également les frais de formation dispensée aux bénévoles qui doivent être capables d'être calmes, patients et empathiques.

«Ça prend du talent humain. Et les bénévoles apprécient le contact humain, la reconnaissance», dit M. Mathieu.

Les personnes intéressées à faire un don ou à devenir bénévoles peuvent consulter le site croixrouge.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer