Une troisième place pour Charlebois à Madrid

Patrick Charlebois a terminé le marathon de Madrid...

Agrandir

Patrick Charlebois a terminé le marathon de Madrid en trois heures, cinq minutes et 20 secondes, finissant troisième au fil d'arrivée.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Rien ne semble arrêter le marathonien trifluvien Patrick Charlebois, qui a complété la quatrième course du World Marathon Challenge à Madrid jeudi en se faufilant au troisième rang, avec un temps de 3:05:20.

Le coureur, conseiller financier de profession, n'a été devancé que par Michael Wardian (2:42:35) et Petr Vabrousek (3:04:39), deux professionnels de la course.

Il a lui-même devancé l'Américain Ryan Hall de 36 minutes, alors que les deux hommes s'étaient plus ou moins suivis pendant les trois premières épreuves. Détenteur du record américain du demi-marathon, Ryan Hall avait annoncé sa retraite en janvier 2016.

Le porte-parole de Patrick Charlebois, Jean Beauchesne, indique que comme pour les autres ultramarathoniens, «ça commence à être difficile» pour le coureur trifluvien. Vingt-trois participants ont franchi la ligne d'arrivée du marathon de Madrid. Ils étaient 29 en Antarctique.

«Mais pour lui, le marathon de Madrid a été beaucoup plus agréable que celui de Miami, surtout à cause de la température. Ça a été suffocant pour lui à Miami. Il n'y a eu aucune seconde d'ombre en plus d'être très humide. À Madrid, il faisait 5 ° C, sous une couverture nuageuse, alors il se sentait plus dans son élément», détaille M. Beauchesne.

Ce quatrième marathon du défi a été particulier pour Patrick Charlebois qui l'a complété sans sa montre de course, insuffisamment chargée. «Il a dû gérer son énergie et sa cadence sans sa montre. Il m'a dit qu'au lieu de courir avec sa montre, il a couru avec son coeur, sans chrono, sans faire de calcul», illustre Jean Beauchesne.

Celui-ci fait remarquer qu'en tant qu'amateur, Patrick Charlebois est tout seul sur les circuits de marathons, alors que les professionnels sont souvent entourés de leur équipe. Après quatre épreuves, il se retrouve tout de même le meilleur amateur parmi la trentaine d'ultramarathoniens initialement inscrits au World Marathon Challenge.

M. Beauchesne indique que le coureur et lui ne discutent pas de classements. «Il se concentre sur sa course, sur la gestion de son énergie.»

Patrick Charlebois avait terminé le premier marathon lundi en sixième place avec un temps de 3:32:02. Le lendemain au Chili, il avait conquis une position, arrivant cinquième en 3:08:28. Mercredi, il filait au quatrième rang avec un chrono de 3:15:38 à Miami. Son temps de jeudi en Espagne est donc son plus rapide jusqu'à présent. 

Vendredi, il courra à Marrakech, samedi à Dubaï et dimanche à Sydney, pour la clôture du défi consistant à compléter sept marathons en sept jours sur sept continents.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer