Demois'Ailes: trajet plus ardu que jamais pour le défi 2017

Voici une partie de 42 participantes de cette... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Voici une partie de 42 participantes de cette année. Au centre, le conseil d'administration. À l'arrière, Vickie Lavigne, Audrey Michaud et Karine Tardif. À l'avant: Jolyane Damphousse, Josianne Tanguay et Natasha Pilotte.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les Demois'Ailes, ces femmes qui courent au profit d'organismes aidant les femmes et les enfants victimes de violence conjugale, préparent leur cinquième édition, cette fois en tant qu'organisme sans but lucratif dûment constitué depuis novembre dernier.

Les 42 participantes de cette année s'offrent, pour la première fois, un trajet 100 % québécois qui empruntera notamment des routes situées en Estrie où elles seront confrontées à plusieurs côtes.

«Oui, avant il y avait des côtes, mais pas autant que cette année», indique Jolyane Damphousse, porte-parole du conseil d'administration et participante au cours des quatre dernières années. «Cette année, ça représente un défi vraiment hors du commun pour les filles. Chacune doit courir 10 relais. Les relais numéros 2, 3 et 4 contiennent une énorme quantité de côtes», dit-elle.

L'entraînement en vue de cette épreuve a été adapté en conséquence.

«Chaque semaine, les filles vont faire au moins une course au cours de laquelle elle vont intégrer plusieurs côtes», dit-elle. «Elles sont au courant de ça.»

La Trifluvienne Marie-Pierre Brière-Rousseau, qui en sera à sa troisième participation, cette année, ne se laisse pas arrêter par un détail comme celui-là.

Lors de sa première participation, cette jeune femme, âgée aujourd'hui de 27 ans, avoue qu'elle ne pratiquait aucun sport, encore moins la course à pied.

C'est une amie qui l'a inspirée, raconte-t-elle. En voyant le résultat, «j'ai eu la piqûre», dit-elle, impressionnée par «tout le monde qui arrive en même temps, toute l'émotion et l'entraide.»

«Ça m'avait vraiment touchée. J'ai commencé à courir et je ne suis plus capable d'arrêter», dit-elle.

Les Demois'Ailes sont très bien entourées pour préparer et affronter leur grand défi.

Des équipes de kinésiologues et même une nutritionniste, cette année, les encadrent.

Pour l'édition 2017, d'ailleurs, c'est la nutritionniste sportive Josiane Tanguay qui est la Demois'Aile d'honneur.

Basée au CSAD, cette spécialiste encadre notamment Patrick Charlebois dans le défi nutritif auquel il fait face au cours des sept marathons qu'il est en train de courir en sept jours sur sept continents.

Le trajet des Demois'Ailes a été complètement réinventé, cette année.

Elles feront leur parcours de quatre jours uniquement au Québec, s'arrêtant notamment à Trois-Rivières, Saint-Grégoire, Granby, Magog, Sherbrooke, Thetford Mines , Québec, Saint-Étienne-des-Grès et Shawinigan.

Au cours des dernières années, les fonds amassés allaient toujours à la Maison Le Far et à la Séjournelle.

«Cette année, on ouvre la porte aux donateurs d'autres régions», indique Mme Damphousse.

Le trajet à relais totalise quelque 750 km et chaque participante fait 10 relais de 10 km.

Depuis leur tout premier défi, les Demois'Ailes ont amassé plus de 205 000 $.

«Cette année, qui nous dit qu'on ne franchira pas la barre des 300 000 $», avance Mme Damphousse avec espoir.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer