Des locataires évacués d'un immeuble du secteur Grand-Mère

Le Service de sécurité incendie de Shawinigan a... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le Service de sécurité incendie de Shawinigan a évacué mardi les locataires de cet immeuble du secteur Grand-Mère.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Jugeant que l'immeuble était dangereux, le Service de sécurité incendie de la Ville de Shawinigan a évacué mardi les locataires d'un bâtiment de l'Avenue Grand-Mère. Le propriétaire des lieux blâme toutefois ses locataires et affirme de plus que des vandales sont responsables du piètre état de l'immeuble.

Mardi matin, les pompiers sont arrivés sur les lieux pour demander aux quelques locataires restants de quitter les lieux. «Il n'y a plus personne qui peut habiter dans ce bâtiment», affirme François St-Onge, porte-parole à la Ville de Shawinigan. «Le Service de sécurité incendie est venu à la conclusion que, comme il s'agissait d'un bâtiment où il n'y avait plus d'eau ou d'électricité, la sécurité des locataires n'était pas assurée.»

En effet, l'immeuble situé au 547 de l'avenue Grand-Mère présente certains problèmes. Les locataires étaient privés d'eau courante depuis le 20 décembre dernier. Pour les trois prochains jours, les locataires sont pris en charge par la Croix-Rouge. L'organisme les aide à trouver un nouveau logement. 

Joint au téléphone mardi après-midi, le propriétaire de l'immeuble, Frantz Rodney, assure que son bâtiment répond aux normes. «Il n'y a pas de problème avec le bâtiment, le problème c'est les occupants qui sont insalubres», estime-t-il. «On va faire le nettoyage qu'il faut pour remettre en ordre. Le bâtiment est aux normes, c'est les gens qui y habitent qui sont mal élevés.»

De plus, Frantz Rodney affirme que des «voyous» ont brisé plus d'une fois des éléments du bâtiment. «Ils ont arraché des tuyaux et du gyproc ce qui a causé un dégât d'eau en décembre», soutient le propriétaire. «On a commencé à nettoyer. Lorsque je suis allé sur place lundi, on a vu que des portes avaient été arrachées et défoncées.»

Ce propriétaire affirme avoir vu une personne entrer dans l'immeuble sans autorisation plus tôt cette semaine. «J'ai filmé et j'ai appelé la police qui n'a rien fait», dit-il. «Je n'ai aucun recours et la Ville m'attache les mains pour me mettre en faillite. Je ne sais pas qui va venir à mon secours.» 

La Ville ne veut pas blâmer le propriétaire de l'immeuble pour l'état des lieux. François St-Onge indique que l'administration municipale souhaite accompagner le propriétaire afin qu'il apporte les correctifs nécessaires au bâtiment. Des inspecteurs de la Ville ont d'ailleurs analysé l'immeuble pour déterminer son état. À la suite de ces inspections, un permis de rénovation et de construction lui a d'ailleurs déjà été délivré, sans qu'il ait à en faire la demande, mais celui-ci n'est toujours pas allé le chercher. 

«On s'attend à ce qu'il vienne le chercher. S'il ne vient pas, on va continuer à communiquer avec lui», note François St-Onge. «On va l'encourager à faire les modifications qu'il faut à son immeuble au moins pour qu'il demeure sécuritaire.»

Si les travaux demandés par la Ville ne sont pas réalisés, le propriétaire de l'immeuble ne pourra pas accueillir de nouveaux locataires. «Notre objectif est toutefois d'accompagner le propriétaire pour qu'il fasse les travaux nécessaires. Nous avons deux préoccupations: la sécurité publique, assurée par les pompiers, et le respect de la réglementation municipale», précise le porte-parole de la Ville de Shawinigan qui indique que ce genre de situation est exceptionnelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer