La guerre s'intensifie à Saint-Justin

Jean-Claude Gauthier... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Jean-Claude Gauthier

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Saint-Justin) Le conflit entre la majeure partie du conseil de Saint-Justin et le maire Jean-Claude Gauthier grimpe d'un niveau. Après avoir voté en août 2014 une motion de non-confiance à l'égard du maire et après avoir réclamé sa démission, le conseil demande à M. Gauthier de cesser des comportements qualifiés d'inappropriés et de ne plus s'adresser aux employés sans l'autorisation de la direction générale. Le ton est donné pour les 10 derniers mois d'un mandat houleux.

Cette résolution adoptée à la majorité des élus lors de la séance de lundi indique que la majorité des employés de la Municipalité ont rapporté aux conseillers certains comportements du maire Gauthier, des gestes qui auraient été posés à répétition. 

«À la suite d'une rencontre que nous, les membres du conseil, avons eue avec le personnel de la Municipalité avant les vacances des Fêtes, nous avons eu la confirmation que certains comportements de M. Gauthier envers des employés sont injustifiables. Des plaintes aux normes du travail étaient à prévoir. J'ai promis que j'étais pour agir et je l'ai fait par cette résolution», déclare le conseiller Denis Frappier.

La conseillère Johanne Pâquet et les conseillers André Clément, Robert Francoeur, François Gagnon et M. Frappier ont au préalable signé une lettre se dissociant des agissements de Jean-Claude Gauthier et lui demandant d'agir avec respect envers le personnel municipal.»

«Il peut être chiant verbalement, il parle fort, il bougonne, énumère Robert Francoeur. Et le 5 décembre (lors d'une séance publique du conseil), il a frappé sur la table du conseil en disant à Denis Frappier de se la fermer.»

La résolution indique même que certains de ces agissements pourraient justifier des plaintes selon les lois en vigueur. Voilà pourquoi le conseil demande au maire Gauthier de ne plus s'adresser aux employés de la Municipalité sans avoir l'aval de la direction générale. Cette dernière obtient par cette résolution le mandat «de demander au procureur de la Municipalité d'entreprendre un recours afin de faire respecter la présente résolution par ordre du tribunal» advenant que le maire fasse fi de ladite résolution.

La résolution précise que «si le maire Gauthier crie après un employé en se montrant agressif et menaçant comme il l'a fait envers un élu devant des dizaines de témoins lors de la réunion du 5 décembre 2016 ou s'il y a un contact physique inapproprié, qu'une plainte soit alors déposée auprès de la Sûreté du Québec dans les plus brefs délais».

«Il a aussi porté atteinte à la réputation de certains employés. L'ex-DG et deux conseillers ont déjà mis en demeure M. Gauthier pour ses propos diffamatoires. Aucune personne ne devient élu ou employé municipal avec l'optique de voir sa réputation salie et ses efforts discrédités par son maire. En agissant ainsi, M. Gauthier a terni depuis trois ans la réputation de notre municipalité et trompé outrageusement tous ceux qui ont voté pour lui, et je fais partie de ceux-ci», ajoute M. Frappier, qui croit toujours que Jean-Claude Gauthier devrait remettre sa démission.

Robert Francoeur croit que cette autre résolution est une nouvelle mesure pour tenter de «freiner» le maire Gauthier.

«La volonté du conseil est de protéger nos employés pour qu'il arrête. Le maire ne peut plus donner d'ordre aux employés. On veut l'éloigner le plus possible des employés.»

Le Nouvelliste n'a pu entrer en contact avec le maire Gauthier.

Le conseil a d'autre part demandé de l'aide à la Commission municipale du Québec. Selon M. Francoeur, la Municipalité a besoin d'une ressource externe pour mettre de l'ordre dans ses chiffres, elle qui a dû recourir à une marge de crédit de 500 000 $ afin de faire face à ses responsabilités financières, le temps que les revenus de taxes et le versement d'une subvention de près de 300 000 $ arrivent dans ses coffres.

Le paiement des comptes de taxes n'est toutefois pas pour bientôt. Le conseil n'a pas encore adopté son budget pour l'année 2017. Aucune date n'a été fixée pour son adoption.

Audience de la CMQ

Le dossier de Jean-Claude Gauthier devant la Commission municipale du Québec n'a toujours pas procédé.

Le maire de Saint-Justin fait face à une plainte pour non-respect du code d'éthique municipal.

Aucune date n'apparaît sur le calendrier des audiences de la CMQ.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer