Mêmes défis, nouvelles dates pour les Défis du parc

Les Défis du parc se dérouleront du 25... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Les Défis du parc se dérouleront du 25 au 27 août en 2017.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kim Alarie
Kim Alarie
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Après avoir été, durant 10 années, ancrés dans le mois de septembre, les Défis du parc se dérouleront à la fin d'août pour leur 11e édition. Une décision qui vise à permettre la réalisation des travaux majeurs prévus dans le cadre du Programme d'infrastructure et à fournir un environnement optimal pour les participants aux différents volets des Défis qui se tiendront du 25 au 27 août.

«C'est un travail de collaboration et de coopération assez exceptionnel entre le parc de la Mauricie et la structure de Parcs Canada. Honnêtement, notre date était un classique et on avait beaucoup de succès en septembre. Parcs Canada nous a beaucoup considérés dans ce projet-là. Ça prouve que dans un partenariat, quand on se respecte et qu'on croit en l'autre, on trouve des solutions. Je pourrais dire que c'est une solution commune», mentionne la directrice générale des Défis, Marie-Josée Gervais. 

Le parc fait l'objet d'importants investissements qui s'échelonneront jusqu'en 2020. En 2017, les travaux d'envergure prévus sur la route Promenade étaient difficilement compatibles avec la tenue de l'événement. «Le parc a pris la décision de commencer les travaux après les Défis du parc. C'est aussi le 150e de la Confédération, il y avait aussi ça dans l'enjeu, d'offrir aux Canadiens un parc qui serait ouvert tout l'été gratuitement et sans construction. On est chanceux et content parce que de tous les scénarios, c'était celui qui était le plus bénéfique pour nous et pour les cyclistes.»

Marie-Josée Gervais se réjouit aussi que les fournisseurs et les bénévoles répondent présent. «La nouvelle est très bien accueillie jusqu'à maintenant.» 

Si plusieurs participants pourraient y voir un changement avantageux du côté de la température, Mme Gervais mentionne que Dame Nature a été clémente plus souvent qu'autrement. «En septembre, sur 10 ans, on a été très chanceux. Il y a trois éditions qui n'a pas fait très beau dont une qui était vraiment exécrable. C'est certain qu'en août, les journées sont plus longues...»

Selon Mme Gervais, il serait étonnant que le mois d'août devienne une tradition, et ce, pour une question de logistique, notamment. «Ils (les employés du parc) doivent exceptionnellement fermer le terrain de camping Wapizagonke nord pour la durée des Défis. Normalement, en septembre, cette portion est déjà fermée. Je ne dis pas que ce n'est pas possible mais on y va une année à la fois. Septembre est également une très belle période pour les feuilles et ça s'inscrit très bien dans notre volonté d'attirer les Européens.» 

Parmi les préoccupations de Marie-Josée Gervais, il y avait les Roses. Ce groupe de femmes qui s'entraîne pendant 9 mois pour effectuer le parcours de 105 km de vélo dans le parc. Étant donné le devancement de l'événement, la période d'entrainement sera amputée d'un mois. «Elles ont reçu une vidéo en même temps sur le Facebook des Défis pour leur dire: ''Écoutez les filles, on a un mois de moins mais on va y arriver. On va mettre l'épaule à la roue, on va faire plus de sorties et on va y arriver, en 8 mois au lieu de 9''», explique la grande sportive qui voit le verre à moitié plein. «Je suis positive. Je suis convaincue qu'on va trouver des stratégies. Les filles sont extrêment solidaires entre elles et je suis certaine qu'elles vont faire beaucoup plus de sorties en dehors du parc.»

La fondatrice des Défis planchait déjà sur une nouvelle initiative qui permettra d'aller aux devants des Roses qui proviennent des quatre coins de la province.

«Je vais faire des sorties à Montréal, à Québec, à Amqui, en Beauce, entre autres. On va être partout cette année. C'était déjà notre souhait de faire une caravane, de se déplacer pour qu'elles aussi puissent bénéficier d'un petit répit de transport», explique Mme Gervais qui mentionne au passage que son équipe est maintenant constituée de 40 encadreurs. 

Si l'accès gratuit aux parcs nationaux risque d'amener une plus grande affluence, Marie-Josée Gervais reste persuadée qu'il y aura moyen de pratiquer leur sport favori en toute sécurité sur la route Promenade tout au long de la belle saison. «Il va falloir être vigilant c'est certain», convient-elle. «Il va y avoir des heures pour faire du vélo, comme dans n'importe quelle ville ou village. Il y a des zones au parc où il n'y a pas tant de circulation.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer