Victor Comtois offre ses cheveux à Leucan

Victor Comtois et sa soeur Emma-Rose ont donné... (photo: stéphane lessard)

Agrandir

Victor Comtois et sa soeur Emma-Rose ont donné leurs cheveux à Leucan.

photo: stéphane lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Victor Comtois a un grand coeur. Du haut de ses sept ans, cet habitué des hôpitaux a remis vendredi une grande partie de sa longue tignasse à Leucan afin d'aider à la confection de perruques pour les enfants malades.

Voici Victor et Emma-Rose avant leur coupe de... (photo: stéphane lessard) - image 1.0

Agrandir

Voici Victor et Emma-Rose avant leur coupe de cheveux.

photo: stéphane lessard

Troisième enfant d'une famille de quatre, Victor est né avec plusieurs malformations cardiaques. Il a subi de nombreuses interventions chirurgicales depuis sa naissance, dont une alors qu'il n'avait que neuf jours.

Décrit par ses parents comme un enfant sensible, Victor a eu l'idée d'offrir ses cheveux en cette période des Fêtes pour aider d'autres enfants malades.

«Je donne mes cheveux à Leucan, car eux ont pas la chance d'avoir des cheveux. Je veux leur donner, ça me tente. J'aime pas qu'ils se fassent moquer d'eux», raconte Victor.

Sa grande soeur, Emma-Rose, a aussi décidé de participer à cette aventure de générosité. L'adolescente de 13 ans a toujours eu une longue chevelure. Elle voulait faire sa part pour la même cause.

«Je me suis dit que c'était une bonne idée d'embarquer avec lui. J'ai une de mes amies qui a la leucémie et qui n'a pas de cheveux. C'est grâce aux gens qui donnent leurs cheveux qu'elle a une perruque. Je me disais que je pourrais bien faire la même chose pour rendre un autre enfant heureux.»

Les deux Trifluviens se sont présentés vendredi matin au salon Rouge coiffure pour passer à l'action. Si Emma-Rose était très à l'aise de confier sa chevelure aux ciseaux de Manon Savard, Victor était un peu plus nerveux à l'idée de dire adieu à une partie de ses cheveux. Mais les deux enfants étaient ravis du résultat après avoir perdu au moins huit pouces de chevelure. Questionné à savoir s'il se trouvait beau, Victor a dit: «Oui!»

Caroline Lesage était visiblement fière de sa progéniture.

«Rien ne me surprend de Victor. Il donne des collations aux itinérants du centre-ville, il apporte des choses à donner lorsqu'on va au Manoir Ronald McDonald. Et Victor voulait donner ses cheveux pour Noël, pour la signification du cadeau.»

Sébastien Comtois raconte qu'Emma-Rose participe aux activités du groupe d'Amnistie international au collège Marie-de-l'Incarnation. Quand il a su que sa fille voulait donner sa couette de cheveux, il n'est pas tombé en bas de sa chaise.

«Ma fille est très altruiste, elle a le souci de l'autre, elle est disponible. Elle est d'une grande générosité. Ça ne me surprend pas qu'elle fasse ça, mais c'est le fun pareil de les voir. C'est leur tempérament, autant l'un que l'autre».

Mme Lesage raconte que son fils a longtemps eu peur des ciseaux de coiffeur, car ça lui rappelait les nombreuses interventions chirurgicales subies au fil des ans. Il est suivi de près par les médecins, étant donné sa fragilité aux infections. Malgré les nombreux séjours à l'hôpital, il s'attarde à trouver le bon côté des choses.

«Quand il a été hospitalisé une semaine cet automne, il était heureux de manger de la crème glacée!»

Victor Comtois adopte la même approche quand il a le goût de faire du sport avec ses amis. Il ne peut faire de sprint, ni de sports de contact. Mais il peut très bien être le gardien de but ou l'arbitre d'un match entre amis.

«Il est actif et il ne connaît pas ses limites. Mais il a une capacité d'adaptation», confirme son père.

Victor Comtois a été choisi par la Fondation Rêves d'enfants pour réaliser un rêve: dans trois semaines, il sera accompagné de sa soeur, de ses parents et de ses frères Jacob et Léo-Adrien pour aller visiter le monde de Walt Disney. Selon sa mère, Victor avait toutefois l'impression que s'il avait été choisi, un autre enfant avait été mis de côté.

C'est la raison pour laquelle la famille a lancé une campagne de souscription afin de permettre à un enfant de vivre un rêve via la Fondation Rêves d'enfants. En 23 jours, 1222 $ ont été amassés. La campagne se termine au début de janvier et les personnes intéressées par cette campagne peuvent consulter le site gofundme.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer