La légalisation du cannabis risque de créer des frictions entre Trudeau et Trump

Le premier ministre, Justin Trudeau... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Le premier ministre, Justin Trudeau

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

La marijuana est loin d'être le seul symbole des divergences d'opinions qui séparent le premier ministre Justin Trudeau du président désigné des États-Unis, Donald Trump.

Quand le Canada dévoilera son plan de légalisation du cannabis au printemps, des tensions pourraient toutefois survenir avec son voisin du sud, alors que Donald Trump a indiqué qu'il avait l'intention de maintenir la marijuana illégale dans la législation fédérale américaine.

Len Saunders, un avocat spécialisé en immigration de Blaine, dans l'État de Washington, s'attend à être très sollicité une fois que le Canada aura légalisé la marijuana. Il est toutefois loin de s'en réjouir.

M. Saunders représente souvent des Canadiens qui se sont vus interdire l'entrée aux États-Unis après avoir admis avoir fumé du cannabis par le passé. Chaque année, il remplit jusqu'à 30 demandes d'exemption coûteuses pour que ses clients puissent espérer ravoir accès au territoire américain.

Bien des Canadiens se sentent à l'aise de révéler à un agent frontalier américain qu'ils ont fumé de la marijuana, étant donné que plusieurs États américains ont légalisé la consommation de cette drogue, a expliqué M. Saunders en entrevue. Or, les services frontaliers appliquent les lois fédérales et celles-ci ne risquent pas de décriminaliser la substance de sitôt, estime l'avocat.

À son avis, il est préférable pour les voyageurs d'éviter de répondre si un douanier leur demande s'ils consomment de la marijuana et s'ils en ont déjà fumé par le passé.

Plus tôt cette année, le ministre canadien de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a qualifié de «ridicule» le fait que certains Canadiens se voient bannis du territoire américain pour une telle raison, ajoutant qu'il fallait faire face à un tel enjeu.

Un porte-parole du ministre a indiqué que M. Goodale poursuivrait les discussions relatives à ce dossier avec ses homologues américains.

Joshua Labove, un candidat au postdoctorat en géographie de l'Université Simon Fraser, en Colombie-Britannique, estime néanmoins peu probable que Justin Trudeau arrive à s'entendre aussi bien avec Donald Trump qu'avec son prédécesseur, Barack Obama.

«Un dossier tel que la légalisation de la marijuana pourrait être l'un de ceux qui tomberont sur le bord du chemin», a-t-il prédit.

Si des célébrités américaines qui avaient laissé entendre qu'elles prendraient la fuite au Canada si Donald Trump devenait président semblent maintenant reculer, la légalisation du cannabis pourrait convaincre certains adeptes de traverser la frontière nord.

Une avocate d'Ottawa spécialisée en immigration, Betsy Kane, dit avoir déjà rempli plusieurs demandes de visa pour des Américains qui cherchent un emploi au sein de l'industrie canadienne de la marijuana médicinale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer