Plus de 50 000 $ pour le Centre de pédiatrie sociale

Chantal Verret et Émilie Fleurent-Auger ont aidé le... (Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

Chantal Verret et Émilie Fleurent-Auger ont aidé le Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières à amasser 52 000 $ samedi lors de la septième édition de sa guignolée.

Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Filion
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le montant récolté est peut-être loin de ce qu'on visait, mais il ne faudrait pas penser que la 7e édition de la Guignolée du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières n'a pas été une réussite, au contraire. À en croire la directrice générale, Maryse Bourget, la journée de samedi a été un grand succès.

De nombreux bénévoles, dont Michel Kozlovsky, Frédéric Garceau,... (Andréanne Lemire, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

De nombreux bénévoles, dont Michel Kozlovsky, Frédéric Garceau, Caroline Cloutier et Daniel Bordeleau, ont bravé le froid et la neige samedi pour aider la cause du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières.

Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

«C'est beaucoup moins que l'objectif de 80 000 $ qu'on s'était fixé, mais on est tout de même content d'avoir amassé 52 000 $. On a dépassé la barre des 50 000 $ et dans le contexte de notre guignolée, c'est excellent», lance-t-elle.

Ce contexte, ce sont des conditions routières difficiles, une réalité économique difficile et, surtout, une troisième sollicitation du genre en autant de semaines après le Noël du Pauvre et la Grande guignolée des médias.

«Il y avait moins de gens sur les routes. Le matin, la visibilité était presque nulle à cause de la neige. Mais les gens étaient tout de même très généreux. Certains automobilistes faisaient même des détours pour aller chercher de l'argent et revenir nous faire un don. 

«Sur le terrain, on se faisait souvent poser la question pourquoi on ne faisait pas notre guignolée en même temps que les autres. Les gens sont généreux, mais sont beaucoup sollicités et ça peut devenir plus difficile de donner chaque fois et on le comprend. On aimerait le faire plus tôt dans le mois, mais on doit organiser notre guignolée en même temps que les autres centres de pédiatrie sociale de la province alors c'est hors de notre contrôle», explique Mme Bourget.

Si l'équipe du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières avait peur de manquer de bénévoles quelques jours avant la guignolée, ça n'a finalement pas été un problème samedi. Tous les bénévoles qui avaient confirmé leur présence étaient présents et d'autres se sont même ajoutés à l'improviste.

«Une dame est entrée dans notre quartier général en matinée et a demandé un dossard pour faire partie de l'équipe de bénévoles. Plusieurs autres personnes se joignaient à nous et nous aidaient. Tout le monde avait le sourire, on s'amusait, l'ambiance était à la fête malgré le froid et la neige. Vraiment je suis très heureuse de la réponse de nos bénévoles», se réjouit la directrice générale.

Dimanche, il ne restait que les dons sur Internet à comptabiliser pour avoir un portrait final du montant amassé ce week-end par le Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières, ce qui pourrait ajouter quelques centaines de dollars à la récolte qui servira à offrir plus de services aux enfants. 

«Ça va nous permettre de développer des activités, de payer des camps de vacances, d'organiser différentes activités de financement, d'acheter certains équipements et aussi d'offrir des services comme l'ergothérapie et l'orthophonie qui ne seraient pas disponibles pour les enfants sans les sommes amassées», énumère la pédiatre Marie-Céline Caumartin.

Il est toujours possible de faire des dons au Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières en se rendant sur le site Internet cpstr.org.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer