Hausse de taxes inférieure à l'inflation à Saint-Boniface

Le maire de Saint-Boniface, Claude Caron.... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le maire de Saint-Boniface, Claude Caron.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Saint-Boniface) Une hausse moyenne de seulement 1,17 % attend les comptes de taxes des contribuables de Saint-Boniface à la suite du budget 2017 adopté le 15 décembre.

Les revenus et les dépenses demeureront relativement stables l'an prochain, la plus grande différence provenant d'un avantageux contrat pour le déneigement signé en 2016 avec Maskimo, dont les retombées se font encore sentir.

En effet, les économies engendrées, combinées à quelques autres facteurs, ont incité le conseil municipal à ne pas utiliser une partie de l'excédent de fonctionnement accumulé, tel que prévu dans le dernier budget. En 2016, un montant de 76 800 $ avait été réservé pour équilibrer les comptes. L'administration municipale n'a finalement pas eu besoin de cette somme. Mieux, elle est même parvenue à payer un camion et des rénovations à l'hôtel de ville à même son budget.

Pour revenir au déneigement, un montant de 568 630 $ est prévu pour le prochain exercice financier, comparativement à 661 890 $ en 2016. Outre le nouveau contrat, une partie de cette différence s'explique par la décision du ministère des Transports d'assumer une partie de ces opérations sur le chemin des Laurentides, toujours coupé en deux à la suite de la démolition du pont à l'automne 2015. Une nouvelle construction est prévue dans environ un an.

Le budget total de la Municipalité s'établira à 5 343 958 $ en 2017, une légère baisse de 0,3 % par rapport à l'année précédente. L'exercice a été influencé par l'entrée en vigueur d'un nouveau rôle d'évaluation. À compter du 1er janvier, l'estimation du parc imposable bondira de 20,3 millions de dollars, ou 5,74 %.

Pour réduire l'impact, les élus ont évidemment choisi de compresser la taxe foncière, de 0,9452 $ à 0,9143 $ par tranche de 100 $ d'évaluation. Du côté des tarifs, l'eau passe de 225 $ à 229 $ et la collecte des matières résiduelles, de 169 $ à 175 $. La desserte d'égout demeure à 95 $. Tous les tarifs d'entretien de fosses septiques restent inchangés, autant pour les permanentes que les saisonnières. Les contributions au service de la dette ne bougent pas beaucoup non plus, sauf pour l'aqueduc de la rue Lise. Ces résidents verront leurs frais passer de 83 $ à 515 $ l'unité.

En conséquence, pour la maison moyenne évaluée l'an prochain à 172 500 $, le compte de taxes augmentera d'environ 24 $. Cette estimation tient compte du prorata des résidences sans service, avec aqueduc seul ou avec aqueduc et égout à Saint-Boniface, précise Maryse Grenier, secrétaire-trésorière. Le Conference Board du Canada prévoit une hausse de l'indice des prix à la consommation de 1,8 % en 2017.

«Ça ne nous donnait rien d'aller plus haut, de surcharger les citoyens», laisse tomber le maire, Claude Caron. «Nous sommes très à l'aise avec notre budget.»

Immobilisations

Le programme de dépenses en immobilisations prévoit des investissements de 6,5 millions $ l'an prochain. Ce montant s'explique principalement par la réfection des infrastructures d'égout et d'aqueduc des rues Fiset, Bellemare et St-Prosper, où une somme de 2,2 millions $ doit être investie. Également, 3,1 millions $ sont prévus pour la réfection et l'asphaltage de huit rues, en plus du chemin Héroux.

Ce qui saute surtout aux yeux dans ce nouveau plan triennal, c'est l'investissement de 2,9 millions $ au site d'assainissement des eaux usées, encore reporté d'un an, en 2018.

«En 2017, avec le temps du processus des plans et devis, on prévoit creuser seulement à l'hiver 2018», explique Mme Grenier. L'an prochain, une somme de 330 600 $ est tout de même prévue pour la préparation de ces travaux.

«Ça fait dix ans qu'on est là-dessus», soupire le maire. Au printemps, des fouilles archéologiques ont été effectuées sur le site, situé tout près de l'intersection de la rue Principale et du boulevard Trudel Ouest. Cette exigence du ministère de la Culture et des Communications n'a finalement pas permis de dénicher un trésor.

La Municipalité a dû effectuer une demande de subvention dans un nouveau programme cette année pour ce projet, le Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées. Mme Grenier précise que Québec a donné son accord de principe, sous réserve de l'approbation du fédéral.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer