Acquéreur recherché pour le complexe des Soeurs de l'Assomption

Le directeur général de la Ville de Nicolet,... (Francois Gervais)

Agrandir

Le directeur général de la Ville de Nicolet, Pierre Genest, et la mairesse Geneviève Dubois, faisant le point sur le dossier des Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge.

Francois Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Nicolet) Après avoir cédé au Collège Notre-Dame-de-l'Assomption (CNDA) les bâtiments et les terrains qu'occupe l'école, voilà que les Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge cherchent à se départir du complexe situé à l'arrière.

Le bâtiment abritant la chapelle et l'auditorium est... - image 1.0

Agrandir

Le bâtiment abritant la chapelle et l'auditorium est situé à l'arrière du CNDA.

Et la situation est suffisamment urgente pour avoir provoqué une rencontre à ce sujet entre la nouvelle mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, et une quarantaine de représentants des secteurs économique, social, touristique et culturel. Lors de ce brassage d'idées tenu vendredi, on a évoqué différents scénarios pour la future vocation des lieux, allant de projets à saveur éducative et culturelle jusqu'à des concepts d'habitations, en passant par des expériences immersives. 

«La Ville n'a pas l'intention d'en faire l'acquisition, mais elle souhaite travailler en partenariat avec des gens d'affaires qui accompliraient un projet porteur pour ce bâtiment. On veut être l'élément catalyseur. Il faut dire qu'il renferme un énorme potentiel de revitalisation», a clairement indiqué Mme Dubois.

Selon elle, les Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge souhaitent la conservation du bâtiment et la pérennité de son usage. Comme le nombre de religieuses est en déclin, fait remarquer la mairesse, elles vont se retirer prochainement de ce lieu, soit en mars 2017, pour regrouper leurs activités dans le pavillon Sainte-Marie.

«Ce que la Ville souhaite c'est de conserver ou de transformer ce bâtiment religieux, car il existe une menace, à court terme, soit celle d'une démolition. Nous allons tout faire pour le conserver», ajoute Mme Dubois.

Construite entre 1955 et 1962, la bâtisse abrite une «chapelle» de 800 places. «C'est une deuxième cathédrale à Nicolet», n'hésite pas à dire le directeur général de la Ville, Pierre Genest, visiblement impressionné par la propreté «exceptionnelle» des lieux. À cela s'ajoutent un auditorium de 550 places, des salles communes, des chambres ainsi que de multiples pièces complémentaires.

Aux yeux du directeur général de la Ville,... - image 2.0

Agrandir

Aux yeux du directeur général de la Ville, la chapelle a plutôt les allures d'une cathédrale avec ses 800 places et sa beauté intérieure.

L'auditorium impressionne tant par sa dimension que sa... - image 2.1

Agrandir

L'auditorium impressionne tant par sa dimension que sa propreté.

Même si le complexe est offert pour un montant symbolique d'un dollar, comme ce fut le cas pour la transaction avec le CNDA, les autorités municipales soulignent que les frais d'exploitation sont de l'ordre de 350 000 dollars par année. Et étant donné que le système de chauffage et de ventilation est commun au CNDA, un partenariat serait nécessaire.

«La Ville de Nicolet est au fait que le bâtiment présente une problématique d'affaissement, ce qui représente un défi supplémentaire», a admis M. Genest, qui évalue à plus d'un million de dollars une correction du problème.

Ce qui n'empêche pas sa mairesse d'être confiante que des promoteurs d'ici ou d'ailleurs puissent éventuellement être intéressés par le projet. «Ça va au-delà de Nicolet et de ses frontières. Ça nous prend un projet qui est unique», a-t-elle laissé entendre, donnant l'exemple de l'Hôtel Montfort qui fut réalisé par un promoteur de l'extérieur, Denis Beaubien. «On est à la recherche de quelqu'un», a conclu son directeur général.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer