Une politique de développement social au goût du jour

La vice-présidente du comité de la Politique de... (François Gervais)

Agrandir

La vice-présidente du comité de la Politique de développement social et conseillère municipale Marie-Claude Camirand, le président du comité et conseiller municipal Jean-François Aubin, la coordonnatrice du Centre d'amitié autochtone de Trois-Rivières Valérie Jubinville et le maire Yves Lévesque.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Politique de développement social, dont la Ville de Trois-Rivières s'était dotée en 2005, a récemment été actualisée et mise à jour.

Le comité en charge de sa refonte a d'ailleurs présenté le fruit de son travail jeudi, soulignant notamment les nouvelles réalités sociales avec lesquelles la Ville de Trois-Rivières compose à chaque jour.

Le document se veut une présentation des grandes orientations de la Ville en lien avec le développement social. Par la suite, un plan d'action sera élaboré en 2017, afin de mettre en place des actions concrètes auprès de différentes clientèles, respectant ainsi les orientations fixées par la Ville.

Depuis dix ans, il semble que certaines réalités aient passablement changé, mentionne le conseiller municipal Jean-François Aubin, ce qui justifie d'autant plus la nécessité d'actualiser cette politique selon lui. Parmi ces réalités, celle des nouveaux arrivants, spécialement les Premières Nations qui se font de plus en plus présentes à Trois-Rivières.

«On sait qu'actuellement, il y a au-delà de 2000 personnes des Premières Nations à Trois-Rivières. Il a été porté à notre attention que certains ont vécu des formes de racisme, par exemple au niveau de l'accès au logement. Il y a de la sensibilisation à faire et on pourrait jouer un rôle là-dedans», cite en exemple M. Aubin en voulant dépeindre quelles actions pourraient être posées à la suite de l'adoption de cette politique.

La politique revampée fait également une place au développement durable, à l'employabilité et l'intégration sociale, et au transport actif et alternatif. 

«On parle de plus en plus de transport actif, les citoyens nous font part que ça fait partie de leurs préoccupations. On doit regarder comment on peut définir davantage des corridors au niveau de la marche ou du vélo qui peuvent être mieux sécurisés, mieux balisés», ajoute Jean-François Aubin.

Le maire Yves Lévesque a pour sa part rappelé que depuis 2005, pas moins de 591 000$ avaient été investis dans différents projets pour soutenir divers organismes du territoire en lien avec cette politique de développement social. 

La vice-présidente du comité, la conseillère municipale Marie-Claude Camirand, rappelle que chaque année, un fonds de 65 000 $ est rendu disponible par la Ville pour développer différents projets. Au total, une soixantaine de projets ont pu bénéficier de cette aide depuis 10 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer