Batiscan: menaces et reproches à l'endroit de la mairesse

Sonya Auclair, mairesse de Batiscan.... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Sonya Auclair, mairesse de Batiscan.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Batiscan) La situation est pour le moins difficile, depuis quelque temps, pour la mairesse de Batiscan, Sonya Auclair. Cette dernière a en effet dû déposer une plainte à la Sûreté du Québec pour des menaces faites à son endroit de brûler sa maison. La mairesse a aussi reçu, il y a quelques jours, un avis de la part du ministère des Affaires municipales à l'effet qu'elle doit rembourser une somme à sa propre municipalité à la suite de l'achat d'un iPad qui remonte à 2013.

On sait que depuis quelque temps, les relations sont tendues entre le conseil municipal et ses quatre employés syndiqués SCFP-FTQ.

En septembre dernier, ces derniers ont signé une convention collective et avaient qualifié le climat des négociations «d'hostile». Le syndicat avait alors vivement déploré la mise à pied d'un employé, qualifiant ce geste de démoralisant.

La mairesse Auclair a toutefois indiqué au Nouvelliste que des menaces ont récemment été proférées contre elle publiquement dans un restaurant de Champlain par l'employé congédié à l'effet qu'on mettrait le feu à sa maison.

C'est une employée de la Ville de Trois-Rivières, où travaille Mme Auclair, qui aurait entendu ces propos pendant qu'elle mangeait dans ce restaurant avec sa famille. Toutefois, «elle ne veut pas témoigner. Ça l'intimide», indique Mme Auclair qui n'était toutefois pas présente lorsque ces événements sont survenus.

L'employée de Trois-Rivières «me l'a rapporté pour me protéger», indique la mairesse. «La suite des choses, c'est que lorsqu'on sera plus avancé dans l'année, mon directeur général va le rencontrer (l'ex-employé) avec l'avocate pour lui demander de nous expliquer ça», dit-elle en laissant entendre que des recours civils pourraient être entrepris.

Selon Nina Laflamme, déléguée syndicale SCFP-FTQ, les affirmations de la mairesse tiennent plutôt du spectacle. Mme Laflamme reconnaît toutefois que le climat de travail demeure très tendu à Batiscan et que les employés n'arrivent pas à faire leur travail de manière satisfaisante.

En plus de cette situation, la mairesse Auclair, doit composer avec une histoire d'argent qu'elle doit rembourser à la municipalité de Batiscan.

À la suite de plaintes déposées contre elle, le commissaire aux plaintes du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, Richard Villeneuve, a demandé à Mme Auclair, le 21 novembre, de rembourser la somme de 137,97  $ à sa propre municipalité à la suite de l'achat d'un iPad en novembre 2013.

Selon le rapport du commissaire aux plaintes déposé le 21 novembre dernier, même si la tablette numérique était destinée à accomplir du travail pour la municipalité, «la mairesse aurait dû obtenir, avant d'agir, l'autorisation du conseil municipal et le montant maximal que celui-ci acceptait de dépenser», indique le commissaire.

Le conseil municipal avait malgré tout entériné la dépense, le 13 janvier suivant son achat. «Toutefois, la preuve d'achat de la tablette, reçue le 3 mai 2016, révèle une dépense de 625,46 $ alors que la municipalité a remboursé à la mairesse une somme de 763,43 $», indique le commissaire.

Mme Auclair indique qu'elle n'a présenté que le bon de commande pour se faire rembourser la tablette achetée sur Internet et qu'elle n'a pas gardé la facture, croyant d'abord qu'elle paierait l'appareil avec son propre argent. Étant nouvellement en poste, en 2013, elle affirme qu'elle ne connaissait pas alors tous les rouages de la gestion municipale.

Elle précise qu'elle a, en fait, la facture du iPad en sa possession, mais plus celle du couvert protecteur. Elle ajoute avoir encore, dans son téléphone, un rabais de 75 $ qui lui avait été remis le jour de son achat. «Je ne l'ai pas encore dépensé et je veux le dépenser pour la municipalité», dit-elle.

Le commissaire aux plaintes a demandé au directeur général de Batiscan, Pierre Massicotte, d'informer le conseil de ses commentaires sur le pouvoir de dépenser de la mairesse et de la nécessité d'obtenir les pièces justificatives pertinentes avant remboursement.

Après avoir pris connaissance de la lettre du ministère, la mairesse Auclair dit avoir contacté sa compagnie de carte de crédit «pour avoir la dépense sur ma carte de crédit pour ne pas qu'ils disent que j'ai fait une fraude».

Mme Auclair tient à préciser qu'elle avait d'abord acheté le iPad personnellement parce que ses collègues de la MRC en utilisaient tous et que cela leur permettait de consulter des documents déposés sur Drop Box. «Mes collègues m'ont dit que ce n'était pas à moi de payer ça parce que je l'utilise pour la municipalité», raconte-t-elle. La mairesse dit avoir mis cet achat sur son compte de dépenses qu'elle a rendu public.

«Normalement ça aurait dû passer par résolution, mais je venais d'être élue. Je ne connaissais pas ça. Mon d.g. (directeur général) aurait dû me protéger là-dedans», déplore-t-elle. «Et là, les détracteurs, les pas fins, ont déniché ça, naturellement», dit-elle, «et ils ont fait une plainte au ministère. Je n'ai rien à cacher», assure-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer