• Le Nouvelliste > 
  • Actualités 
  • > Fonds de recherche pour Cédrika Provencher: les parents versent l'argent à des organismes 

Fonds de recherche pour Cédrika Provencher: les parents versent l'argent à des organismes

Le fonds avait notamment servi à l'impression de... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le fonds avait notamment servi à l'impression de milliers d'affiches, comme celle-ci, qui ont été distribuées à travers le monde.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le Fonds de recherche pour Cédrika Provencher, qui avait vu le jour au lendemain de l'enlèvement de la fillette à l'été 2007 à Trois-Rivières, a été fermé au cours des derniers jours. Les parents de la fillette ont versé l'argent accumulé qui n'avait pas été utilisé pour les recherches, soit plus de 44 000 $, à trois organismes communautaires trifluviens.

On se souviendra que durant les jours qui ont suivi l'enlèvement de Cédrika, un mouvement de solidarité s'était formé à la grandeur du Québec, et les dons avaient afflué de toutes parts afin de permettre à la famille d'effectuer les recherches nécessaires, dans l'espoir de retrouver l'enfant.

À cette époque, l'organisme COMSEP avait levé la main afin de proposer la création d'un fonds et ainsi offrir à la famille, qui se retrouvait bien démunie devant tout ça, de gérer les dons qui avaient été envoyés par la population.

«On aurait voulu qu'elle soit retrouvée rapidement. On ne pensait pas qu'on aurait à attendre si longtemps avant d'avoir des réponses», lance humblement Sylvie Tardif, coordonnatrice de COMSEP, qui reconnaît que l'attente pour la famille a été interminable, même cauchemardesque durant près de huit ans et demi.

Or, avec la découverte en décembre 2015 des restes de la petite dans un boisé aux limites de Saint-Maurice, COMSEP a indiqué à la famille que l'organisme souhaitait terminer le mandat de la gestion de ce fonds et de régulariser le tout en lien avec le protocole d'entente qui avait été établi à l'époque. 

Au total, ce sont 145 071,19 $ qui ont été amassés par ce fonds. En date de lundi, il restait 44 309,98 $ dans le fonds, un montant qui a été divisé à parts égales entre les organismes CALACS, Espace Mauricie et COMSEP, à la demande des parents de Cédrika Provencher.

«Nous tenons à remercier tous les donateurs qui nous ont soutenus dans les recherches pour retrouver Cédrika, ainsi que COMSEP qui a géré les fonds tout au long de ces années. Toute la famille de Cédrika Provencher profite de cette occasion pour encore une fois remercier toute une population, médias, commerçants et organismes de leur aide et leur soutien», a déclaré Martin Provencher, le père de Cédrika, par voie de communiqué.

Pendant toutes ces années, les dons ont servi à différentes dépenses, dont des frais de bureau, de l'achat de publicité sur des panneaux routiers ou encore l'impression de milliers d'affiches montrant la photo de la petite qui ont été distribuées à travers le monde. Quelques mois après sa disparition, l'organisme Jeunesse au Soleil avait aussi offert une récompense de 100 000$ à quiconque fournirait l'information permettant de retrouver la petite.

De ce montant, 60 000$ devaient provenir du fonds géré par COMSEP. Or, cette récompense n'aura jamais été versée puisque l'information tant espérée n'a jamais été fournie par qui que ce soit. «Je peux assurer aujourd'hui que j'ai autorisé chacune des factures, que toutes les dépenses devaient d'abord être approuvées par COMSEP pour pouvoir être remboursées, et que j'ai été à l'aise avec chaque facture qui nous a été présentée», mentionne Sylvie Tardif. 

Par ailleurs, la coordonnatrice de COMSEP s'est dite touchée que les parents aient choisi son organisme pour recevoir une partie des dons, mais assure ne jamais avoir fait ça dans l'espoir de toucher un montant d'argent.

«La famille a insisté auprès de nous, même si nous leur avons indiqué que nous ne voulions pas profiter de ce drame. Nous avons amené le point au conseil d'administration pour que la décision soit prise. Ces personnes sont pour nous des modèles de courage et ça nous touche beaucoup qu'ils aient pensé à nous, mais aussi à deux partenaires du milieu communautaire, soit CALACS et Espace Mauricie, qui sont des organismes sérieux et reconnus qui viennent en aide à beaucoup de monde», constate Sylvie Tardif.

Fondation

Il importe de préciser que le Fonds Cédrika-Provencher, géré par l'organisme COMSEP, et la Fondation Cédrika-Provencher sont deux entités distinctes. 

Bien que le fonds ayant servi aux recherches soit désormais fermé, la fondation poursuit pour sa part ses activités. 

La Fondation Cédrika-Provencher a pour mission d'innover dans la prévention des enlèvements d'enfants et d'innover également dans les méthodes de recherche lors d'un enlèvement. Elle a été fondée en 2010.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer