Le Festival l'Aurore boréale en expansion

Jean-Philippe Martin et Simon Brunelle, cofondateurs de l'événement,... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jean-Philippe Martin et Simon Brunelle, cofondateurs de l'événement, entourent le président d'honneur Yves Lévesque, maire de Trois-Rivières.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Photo: Francois Gervais14/09/16. TR, Journal. Bloc photo Felix St-Aubin
Félix St-Aubin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Cette année encore, les adeptes de salons brassicoles n'auront pas à patienter jusqu'à la venue de l'été afin de déguster des bières émanant de microbrasseries. Le Festival l'Aurore boréale, qui tiendra sa 2e édition, sera effectivement de retour les 10 et 11 février prochain.

Compte tenu de l'effervescence qui a régné lors du baptême du feu, les organisateurs ont opté pour un nouvel endroit. L'activité déménage ainsi du complexe Laviolette à la Bâtisse industrielle. La programmation ainsi que le nombre de microbrasseries présentes ont également pris de l'ampleur en comparaison avec l'an dernier.

Des produits de 24 microbrasseries et de six kiosques de nourriture seront offerts aux festivaliers, qui auront l'occasion d'assister au spectacle de Vilain Pingouin en lever de rideau de l'événement. Les plus jeunes seront à leur tour servis avec une prestation de Bouclette la Fée ainsi que plusieurs jeux gonflables.

Le comité n'a donc pas dérogé de sa ligne directrice initiale qui était de créer une activité familiale, et ce, même s'il cherche à prendre de l'expansion.

«L'emphase a été mise sur les familles et les spectacles pour les enfants. L'an dernier, on riait, il semblait y avoir des courses de poussettes en raison du nombre d'enfants présents. Cette année, on poursuit dans cette lignée avec les jeux gonflables, les activités extérieures et intérieures. On va avoir un événement extrêmement familial», note Simon Brunelle, cofondateur de l'événement en compagnie de Jean-Philippe Martin.

Les deux hommes ne s'en cachent pas, ils ont de grandes aspirations pour le Festival l'Aurore boréale. Ils désirent en faire la référence à l'échelle provinciale en matière de salon brassicole hivernal. Mais ce projet à long terme ne se fera pas sans embûche, étant donné qu'il s'agit d'un moment de l'année où ce type d'activité est moins fréquent.

«La température est un désavantage, on ne sait jamais s'il va faire beau, froid ou s'il va neiger. Les hivers du Québec sont assez difficiles. Il faut aussi trouver un endroit qui va être assez grand pour accueillir tout le monde, offrir du stationnement et des activités extérieures et intérieures. Le seul avantage que nous avons est qu'il n'y a pas beaucoup de festivals l'hiver, explique M. Martin.

«L'été, si vous êtres le moindrement un amateur de bières, c'est possible de se rendre chaque fin de semaine dans un festival. Il y en a partout au Québec, tandis que l'hiver, ils sont beaucoup moins nombreux. Les gens qui adorent la bière et les festivals se déplaceront plus de l'extérieur pour venir nous voir. Pour ce qui est de la facilité d'approcher les microbrasseries, lorsque tu reçois trois ou quatre invitations par semaine pour les festivals, tu peux te permettre de choisir.»

Dans l'optique que ce rassemblement pour les friands de bières artisanales demeure accessible pour la population en général, les organisateurs offrent la gratuité aux adolescents de 17 ans et moins. Le prix du passeport pour toute la durée de l'activité a été fixé à 5 $ et 10 $, tout dépendamment s'il est acheté en prévente ou à la porte. Le tarif du billet unitaire, lui, a été défini à 7 $.

Bien qu'il s'agisse d'un rendez-vous festif, l'organisation ne désire pas que le tout se conclut en une beuverie. L'horaire, 16 h à 1 h le vendredi et 11 h à 22 h le samedi, a donc été adapté de sorte que le plaisir soit privilégié à l'excès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer