Fluoration: Trois-Rivières fait marche arrière

La Ville de Trois-Rivières a finalement décidé de... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Ville de Trois-Rivières a finalement décidé de renoncer définitivement à la reprise de la fluoration de l'eau potable.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Coup de théâtre lundi à l'hôtel de ville de Trois-Rivières, alors que le conseil municipal a finalement décidé de renoncer définitivement à la reprise de la fluoration de l'eau potable.

La Ville, qui avait pourtant entamé depuis un certain temps les démarches pour adhérer de nouveau au programme du ministère de la Santé et qui avait aussi engagé certaines sommes d'argent dans ce programme, laisse tout simplement tomber devant ce que le maire a qualifié de manque de collaboration de la part de la Santé publique. 

«Le ministère s'était engagé à prendre les devants dans ce dossier pour renseigner la population et faire la démonstration de l'acceptabilité sociale. Nous avions pris une décision et c'était un dossier très émotif. Mais moi j'ai pris un engagement, et je m'attends aussi à ce que ceux qui s'engagent face à moi respectent leur parole. Or, ça ne s'est jamais fait», déplore Yves Lévesque, visiblement déçu de ce constat.

Rappelons qu'en juillet dernier, le conseil municipal avait adopté une résolution demandant au ministère de «prendre les moyens nécessaires pour consulter les Trifluviens et l'informer que la nécessaire condition de l'acceptabilité sociale a été rencontrée pour la fluoration de son eau potable». En clair, le maire estimait demander à la Santé publique de mieux informer la population sur les bienfaits de la fluoration. Cet effort n'est cependant pas venu, déplore Yves Lévesque.

C'est donc par le biais d'une nouvelle résolution, ajoutée au varia de l'ordre du jour, que le conseil s'est prononcé à l'unanimité sur cet abandon.

«Qu'on décide de fluorer l'eau ou pas, ça ne me défrise pas un cheveux sur la tête. Ce n'est pas un enjeu assez important. Mais notre décision avait été basée sur des faits scientifiques et sur les recommandations du ministère, en qui on a placé notre confiance quand ils nous ont assuré du bien-fondé de la mesure.

Mais à partir de là, c'est au ministère d'être en avant de la parade. La balle était dans leur camp, car je ne peux pas continuer ainsi de me battre quand ce n'est pas à moi de le faire», mentionne le premier magistrat.

Le maire reconnaît que la Santé publique avait mis en place la réalisation d'une étude par le Dr Christian Caron dans une douzaine d'écoles du territoire afin de vérifier les effets bénéfiques de la fluoration, mais croit que c'était trop peu trop tard par rapport à leur engagement, étant donné qu'il aurait fallu plusieurs années avant même de connaître des résultats probants.

Par ailleurs, le maire indique qu'il se devait de prendre rapidement cette décision avant que la Ville n'aille de l'avant avec l'installation complète de tous les équipements liés à la fluoration de l'eau potable, ce qui aurait représenté 1,5 M$.

Le maire estime que la Ville avait à ce jour investi moins de 300 000 $ dans les infrastructures pour la fluoration. «Je devais bouger vite parce que si on avait décidé dans quelques semaines de ne pas procéder, les équipements auraient été installés au complet. Or, pour moi, c'était une condition sine qua non que la Santé publique fasse son bout de chemin, et ils ont eu amplement de temps pour le faire», croit Yves Lévesque.

Selon la directrice générale de la Ville, France Cinq-Mars, les contrats qui ont été octroyés à ce jour pour la fluoration devront faire l'objet de vérifications quant à l'abandon du projet, mais la Ville ne devrait pas être grandement pénalisée, étant donné qu'à l'heure actuelle, les équipements n'avaient pas encore été commandés.

Appelé à réagir à cette nouvelle, le CIUSSS-MCQ, qui chapeaute notamment le département de Santé publique, a indiqué au Nouvelliste ne pas avoir d'information officielle de la Ville concernant la fluoration. Le CIUSSS pourrait réagir mardi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer