UMQ: Sévigny ne courra pas après Lévesque

Yves Lévesque a claqué la porte de l'UMQ... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Yves Lévesque a claqué la porte de l'UMQ au printemps 2015.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le passage du président de l'Union des municipalités du Québec dans la région, cette semaine, ne lui a visiblement pas permis d'établir de nouveaux ponts avec le maire de Trois-Rivières. Bernard Sévigny assure que les portes de l'organisation demeurent grandes ouvertes pour accueillir Yves Lévesque si le coeur lui en dit, mais pas question de faire des courbettes pour le convaincre de réintégrer l'organisation.

Le maire de Trois-Rivières a claqué la porte de l'UMQ au printemps 2015, très insatisfait du résultat de la négociation du pacte fiscal transitoire avec le gouvernement du Québec. Les municipalités, rappelons-le, avaient dû avaler des compressions de 300 millions de dollars à travers la province. Le maire de Montréal, Denis Coderre, avait déploré publiquement le choix de son homologue trifluvien. 

Même si sa position rejoint celle de l'UMQ dans sa volonté d'obtenir plus d'autonomie municipale, M. Lévesque n'a jamais manifesté le moindre signal qui prédirait son retour autour de la table du regroupement. 

«C'est malheureux, parce que la force de l'UMQ, c'est l'unité», mentionne M. Sévigny. Le maire de Sherbrooke est devenu président au printemps dernier. Il est débarqué à Shawinigan jeudi, dans le cadre de sa tournée québécoise.

«Trois-Rivières s'est retirée et malgré tout, la ville va bénéficier du projet de loi sur les gouvernements de proximité», enchaîne M. Sévigny. «C'est malheureux, parce qu'il se prive d'expertise. Il se prive aussi d'économies. Par exemple, la cotisation annuelle de Saguenay à l'UMQ est de 78 000 $. Avec le regroupement d'achat sur les assurances, cette ville économise 300 000 $!»

M. Sévigny mentionne qu'il n'échange plus très souvent avec son homologue de Trois-Rivières.

«Qu'il se prive des économies de l'UMQ, c'est correct, on ne courra pas après lui», laisse-t-il tomber. «Mais la porte est ouverte. Il n'y a pas d'approche parce que le maire a quitté de la façon dont il l'a fait. Ça lui appartient et on n'a pas de jugement à porter là-dessus. S'il a un intérêt pour revenir dans la famille de l'union, la porte est ouverte et on va l'accueillir.»

«Nous avons 350 membres, dont 297 municipalités», conclut M. Sévigny. «Il y a 1200 municipalités au Québec. On ne sollicite personne. Les membres qui adhèrent ont une volonté.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer