«Une catastrophe économique totale»

Le professeur en économie de l'UQTR, Frédéric Laurin.... (Francois Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le professeur en économie de l'UQTR, Frédéric Laurin.

Francois Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Frédéric Laurin, professeur en économie à l'Université du Québec à Trois-Rivières et chercheur à l'Institut de recherche sur les PME, ne mâche pas ses mots face à l'élection de Donald Trump à la présidence américaine.

«Pour un économiste, c'est une catastrophe totale», estime ce spécialiste du commerce international. Et la catastrophe touchera autant le Canada que la Mauricie, précise-t-il.

«Le commerce international est excessivement important pour nous et notre principal client, ce sont les États-Unis», rappelle-t-il.

Or le nouveau président l'a dit, il veut renégocier l'Accord de libre échange (ALENA). «À très court terme, j'ai peur que ça convainque davantage les entrepreneurs de ne pas investir. J'ai peur que l'incertitude que crée Trump prolonge l'incertitude économique qu'on a actuellement», explique-t-il.

Même si le Canada vient de signer une entente de libre-échange avec l'Europe, les travaux menés à l'Institut de recherche sur les PME démontrent que les entrepreneurs québécois «sont encore trop peu portés vers l'Europe», indique le professeur Laurin.

Trump vient à peine d'être élu que la valeur refuge, l'or, est en hausse, constate-t-il.

«Le dollar canadien devrait donc augmenter, l'euro devrait augmenter et les investisseurs vont se reporter sur des investissements canadiens et européens» à très court terme, prévoit-il.

«À mon avis, la première chose qui va se passer, c'est un ralentissement des investissements des entreprises partout dans le monde dans l'attente de ce qui va se passer et ça risque de peut-être nous replonger en récession», craint-il.

«Ça va dépendre de chacun des mots que Trump va prononcer dans les prochains mois», explique-t-il. «Est-ce qu'il est capable de nous rassurer ou pas?»

C'est que Donald Trump a démontré, par ses déclarations passées, qu'il est totalement imprévisible. «Le problème, avec lui, c'est qu'on ne peut pas faire de pronostics», constate le chercheur. «Il est imprévisible et instable.»

Frédéric Laurin raconte avoir lu le programme économique d'Hillary Clinton et celui de Donald Trump. Celui du gagnant de la course semble «avoir été rédigé par un étudiant de cégep à 3 h du matin pour un travail de fin de session», constate-t-il.

Le professeur Laurin craint que le nouveau président américain crée des guerres commerciales avec le Mexique et la Chine «et il n'a pas l'air de se rendre compte qu'eux peuvent jouer le même jeu aussi», dit-il.

«Le marché chinois est en forte croissance. C'est un marché excessivement important pour les Américains», dit-il, en rappelant que «les Chinois détiennent aussi énormément d'obligations du marché américain. Les Chinois, à mon avis, vont passer plusieurs messages, dans les prochaines semaines, à Donald Trump», prévoit Frédéric Laurin.

En tant que spécialiste du développement économique, le professeur Laurin explique que ce qui l'inquiète le plus dans tout ça, «c'est que son programme, plutôt que d'être un pont vers le futur, est un pont vers le passé.»

Donald Trump soutient en effet le développement des énergies fossiles comme le pétrole et le charbon. «Aucune mention du mot innovation. C'est la même erreur que Stephen Harper», dit-il.

C'est «que 1 $ investi dans le pétrole, ça nous ramène 1 $ tout de suite, mais investir 1 $ dans l'innovation, ça va nous ramener 5 $, 6 $ ou 7 $ sur une période de 10 ou 15 ans. Pour développer les innovations du futur, il faut tout de suite investir», explique-t-il, sinon, «on va devenir plus pauvre parce qu'on ne sera pas à la fine pointe de la technologie», explique-t-il en rappelant que le Canada «a pris énormément de retard en termes technologiques.

«On prenait l'argent de l'innovation pour l'envoyer dans le pétrole.» C'est, semble-t-il , ce que veut faire Trump. «C'est dangereux», prévient le professeur Laurin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer