Projet de loi 106: les Mauriciens montent au front

Plus d'une centaine de manifestants de la région... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Plus d'une centaine de manifestants de la région ont fait part de leur mécontentement face au projet de loi 106.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Photo: Francois Gervais14/09/16. TR, Journal. Bloc photo Felix St-Aubin
Félix St-Aubin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La température en deçà du seuil de congélation n'a pas refroidi les ardeurs des manifestants de la région qui ont bravé le froid et le vent pour exposer leur message concernant les hydrocarbures. Ils sont plus d'une centaine à avoir convergé en direction de Drummondville afin de dénoncer le projet de loi 106 lors de la venue du ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, présent à un dîner de la chambre de commerce et d'industrie locale.

Le départ du ralliement populaire s'est fait du parc Laviolette, avant de faire escale à Bécancour, à bord de deux autobus et de quelques voitures. Le maire de Saint-Élie-de-Caxton Réjean Audet, au nombre des opposants, s'est joint au rassemblement et a réitéré son propos à ce sujet. L'homme politique ne dépeint toutefois pas qu'un portrait sombre du projet de loi 106 sur les hydrocarbures, mais demeure tout de même sur ses positions.

«Ce n'est pas un projet qui est uniquement négatif, il y a du positif. Le point sur les hydrocarbures me dérange un peu puisque ça vient léser les pouvoirs municipaux. On n'a pas besoin des firmes pétrolières pour venir nous dire comment gérer nos municipalités», évoque le maire Audet.

«On parle des deux côtés de la bouche, comme je le dis souvent, enchaîne le principal concerné, faisant référence au message à double sens que le gouvernement québécois envoie avec son discours sur les énergies vertes. On a tout ce qu'il faut au Québec pour travailler sans cela, c'est un non-sens. Si l'on maximise nos énergies au niveau de l'électricité, et avec l'expertise qu'on a au Québec, pourquoi ne pas développer cela? Laissons le lobby du pétrole un peu de côté, occupons-nous des vraies affaires et on va y arriver.»

Plusieurs réseaux du groupe Comité vigilance ont également joint leur voix à celle de M. Audet à l'effet qu'il existe d'autres solutions de remplacement qui permettraient d'éviter le retrait des compétences municipales en ce qui a trait aux prélèvements d'eau destinés à l'exploration et à l'exploitation des hydrocarbures. Les entreprises pétrolières pourraient aussi avoir priorité sur les plans d'aménagement et de zonage. «[Pierre Arcand] est ministre, mais il est le ministre de nos ressources naturelles et non des ressources naturelles. C'est un bien commun qui appartient à tout le monde. Il n'a pas carte blanche», signale le porte-parole du Comité vigilance hydrocarbures des municipalités de la MRC de Maskinongé, Sébastien Houle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer