Festival de chasse: un succès qui se répète

Le mesurage de panache a attiré de nombreux... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Le mesurage de panache a attiré de nombreux curieux au centre-ville de La Tuque.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Les activités du Festival de chasse du Haut Saint-Maurice ont pris fin en grand, samedi, avec le traditionnel mesurage de panache et un spectacle de clôture haut en couleur. Une édition qui, une fois de plus, est couronnée de succès, malgré les soubresauts de Dame Nature.

«C'était tout simplement fabuleux, les gens ont apprécié et ça faisait longtemps qu'on avait vu autant de monde dans la tente. Rick Hughes et ses invités ont été extrêmement généreux. Je n'ai pas de mot pour décrire cette soirée de clôture. Le festival a connu un succès retentissant», a commenté le président du festival, Philippe Sergerie.

Plus tôt dans la journée samedi, les chasseurs avaient défilé au centre-ville avec leur trophée de chasse, petit et grand, pour le traditionnel mesurage de panache. Le plus gros panache de 2016 mesurait 50 pouces et 5/8, il s'agit de la prise de Régent Parent et de François Beaulieu.

«On a mesuré un peu moins de bêtes que les autres années. Les chasseurs nous ont fait savoir que ç'a avait été plus dur en forêt cette année. Il y a beaucoup de gens qui n'ont pas tué».

Si la majorité des activités sont prévues sous la tente du chasseur, il en était autrement pour la journée familiale, une nouveauté de cette 44e édition. Les dirigeants du Festival ont dû changer leurs plans rapidement la semaine dernière pour l'ouverture des festivités alors que la pluie était intense.

«La température n'a pas été avec nous. Ç'a été un peu plus tranquille qu'on le pensait. On a dû se réorganiser à la dernière minute. Malgré tout le concours forestier a été très populaire. [...] En soirée, ç'a été un peu plus long à partir, mais on s'en est bien sorti», a mentionné le président.

Les gens ont malgré tout été au rendez-vous, et on promet que l'expérience sera répétée l'an prochain en souhaitant cette fois pouvoir présenter les activités au grand air devant la tente du chasseur.

«C'est dans nos plans de le refaire», confirme Philippe Sergerie.

Le salon des vins pour sa part a connu un succès monstre. Deux facteurs pourraient expliquer la centaine de personnes de plus qui ont franchi le tourniquet. 

«Le fait de ne pas exiger le billet du festival a peut-être joué beaucoup dans nos chiffres. C'est un bon coup de l'organisation. [...] Les bières de microbrasserie nous ont permis de rejoindre un autre type de clientèle qu'on n'avait pas avant», a noté le président.

En milieu de semaine, la soirée des chasseurs a été réussie, tout comme la soirée country de vendredi. Il faut dire que les deux journées avaient été inversées pour la première fois pour une question de logistique. «C'était un très bon coup de notre part et les gens ont apprécié. Ç'a été gagnant des deux côtés», a lancé Philippe Sergerie.

Quant au souper des forestiers, la formule est toujours aussi gagnante. Près de 1000 repas ont été servis en une quarantaine de minutes seulement, avant le spectacle.

«On avait changé la formule pour les spectacles cette année en mettant le groupe principal en premier pour permettre à ceux qui travaillent le lendemain notamment de ne pas rentrer trop tard. Ç'a été apprécié, je crois. On va sûrement le refaire dans les prochaines années», a lancé le président de l'événement.

Tout au long de la semaine, les déjeuners des placoteux ont attiré les foules. Des records ont même été battus.

«Ç'a été très populaire! On a servi presque 14 000 personnes. C'est beaucoup de monde. On a établi un nouveau record à 2700 personnes. [...] Le déjeuner IGA de samedi matin a été aussi très populaire avec le spectacle de Bill Bestiole pour les enfants», a conclu Philippe Sergerie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer