Clowns et objets violents interdits dans les écoles

Certains types de costumes sont maintenant interdits dans...

Agrandir

Certains types de costumes sont maintenant interdits dans plusieurs établissements d'enseignement.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Cégep de Trois-Rivières vient d'envoyer un message à sa communauté, à l'approche de l'Halloween, demandant aux gens de ne pas porter de costumes ou d'accessoires pouvant induire une confusion quant à leur identité ou leurs intentions.

Les accessoires de déguisements imitant les haches, les épées, les armes à feu ou les bâtons ne sont pas approuvés par l'établissement dans le cadre de cette fête de plus en plus populaire.

C'est la deuxième année que l'établissement juge bon de faire circuler une telle directive qui comprend aussi la consigne de porter un déguisement «qui permet l'identification de la personne costumée en tout temps. Les masques qui couvrent complètement la tête et le visage sont interdits», précise-t-on dans le message.

Émilie Boisclair, adjointe administrative du service des communications, indique qu'en adoptant ces directives, on veut éviter la confusion, voire la panique. Ça pourrait être le cas, craint-on, «si un étudiant arrivait déguisé en terroriste avec un faux fusil», illustre Mme Boisclair.

«On évite de créer des situations de peur», dit-elle.

Mme Boisclair reconnaît que la communauté du Cégep de Trois-Rivières «se déguise plus ou moins» et indique qu'il n'y a pas de party officiel pour l'Halloween. En annonçant ces mesures, l'an dernier, «on n'avait donc pas eu de répercussions», dit-elle.

Du côté de l'Université du Québec à Trois-Rivières, le responsable des communications, Jean-François Hinse, précise qu'il n'y a pas de règlement spécial en matière de costume d'Halloween.

À quelques jours de cette fête, le phénomène des clowns sinistres prend toutefois de l'ampleur.

Des plaisantins costumés en clowns ont récemment suivi, rappelons-le, trois jeunes filles de l'école secondaire des Chutes.

La Presse rapportait aussi récemment le cas de deux adolescents de la Montérégie qui ont été arrêtés pour des crimes qu'ils auraient commis vêtus de déguisements de clowns terrifiants.

La responsable des communications à la Commission scolaire de l'Énergie, Renée Jobin, indique que l'école secondaire des Chutes a envoyé une directive aux parents demandant que les élèves ne se déguisent pas en clown et qu'ils ne portent pas d'armes factices, à l'école, comme de faux fusils ou des couteaux, lors de l'Halloween.

Mme Jobin indique que tout est fait pour conserver le caractère ludique de cette fête et pour faire en sorte qu'elle se déroule dans l'harmonie, car cette journée, constate-t-elle, suscite énormément d'engouement chez les plus jeunes.

Du côté de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, on indique que lors d'événements comme l'Halloween, les élèves n'ont pas la permission de porter des objets à connotation violente, même factices. Ils ne peuvent porter de masque et «ils doivent respecter le code de vie» de l'école, indique Anne-Marie Bellerose.

«S'ils n'ont pas le droit de porter une camisole à l'école, ils n'auront pas plus le droit d'en porter une avec leur costume à l'Halloween», illustre la conseillère en communications.

Au Collège Shawinigan, les directives, pour l'instant, se limitent à interdire les costumes qui pourraient nuire aux mouvements ou à la visibilité des autres étudiants en classe durant les cours. On ne veut pas, par exemple, de costume qui empêche un étudiant de s'asseoir ou qui empêche de reconnaître une personne, explique la responsable de communications, Karine Lord, en précisant que l'engouement pour les costumes d'Halloween n'est habituellement pas très grand au Collège Shawinigan.

L'usage de déguisements de clowns sinistres est apparemment devenu une nouvelle tendance pour commettre des crimes. L'Agence France Presse relatait il y a quelques jours, le cas d'un jeune homme de 19 ans attaqué en Autriche par trois individus déguisés en clowns.

Une jeune fille de 16 ans du même pays aussi été blessée en fuyant un clown qui l'avait agressée dans un garage souterrain, tandis que tout récemment, ce fut au tour d'une joggeuse de se blesser en tombant dans un fossé alors qu'elle fuyait elle aussi un clown sinistre. Ce phénomène frappe l'Autriche pour la première fois cette année, rapportait l'AFP.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer