Terrain de l'ancien bunker: une seule proposition

Le terrain de l'ancien bunker des Hells Angel... (François Gervais)

Agrandir

Le terrain de l'ancien bunker des Hells Angel n'a reçu qu'une seule proposition d'achat

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le terrain de l'ancien bunker des Hells Angel n'aura finalement intéressé qu'un seul soumissionnaire. À la fermeture de l'appel de propositions pour racheter ce terrain du boulevard Saint-Jean, lundi matin, un soumissionnaire a déposé une offre à la toute dernière minute, offre qui devra maintenant être étudiée par la Ville de Trois-Rivières.

L'offre a été faite par une compagnie à numéros basée à Trois-Rivières. Il a été possible de savoir que le projet visé par cette compagnie était évalué à 1 924 090 $. Or, la nature du projet n'a pas été précisée pour le moment. À l'intérieur de ce montant, l'offre pour acquérir uniquement le terrain se chiffre à 200 000 $, soit le prix plancher qui avait été fixé par la Ville.

On se souviendra que la Ville avait repris possession du terrain à l'été 2015, après que le site eut fait l'objet d'une ordonnance de blocage depuis l'opération SharQc en avril 2009. La Ville a procédé à la démolition du bunker des Hells et au nettoyage du terrain avant de le mettre en vente par appel de propositions. L'opération vise d'abord à récupérer le montant des taxes impayées sur cette propriété depuis avril 2009. «On va analyser tout ça. Nous allons notamment regarder si tous les documents sont conformes à ce qui était demandé», a résumé le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant, précisant que le dépôt d'une proposition ne voulait pas pour autant dire que le terrain était forcément vendu.

Une vérification sera notamment faite pour s'assurer que le crime organisé ne revienne pas dans le décor. «Si jamais cette proposition est acceptée, on devra envoyer le tout à Québec. Québec va faire une enquête sur l'entrepreneur qui a déposé l'offre. Québec veut s'assurer que les motards ne remettront pas la main sur ce terrain-là», a évoqué Yvan Toutant.

Si pour une raison ou une autre, la soumission s'avérait non conforme, la Ville n'exclut pas de retourner en appel de propositions, ou encore de faire des invitations à soumissionner. 

Si la soumission est conforme, une proposition sera faite au conseil municipal, qui aura le dernier mot dans ce dossier. «Le conseil municipal va recevoir une proposition du comité d'urbanisme. C'est au conseil de rendre la décision ultime dans ce dossier», mentionne Yvan Toutant, ajoutant que la nature du commerce ou du projet qui s'y installera pèsera aussi lourd dans la balance. «On ne veut pas avoir n'importe quoi là», lance-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer