Presbytère de Saint-Stanislas: de l'Église à la communauté

Les propriétaires, Isabelle Dupuis et Francis Boisvert.... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Les propriétaires, Isabelle Dupuis et Francis Boisvert.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Saint-Stanislas) A-t-on déjà vu un resto-brasserie se faire bénir le jour même de son ouverture? À Saint-Stanislas, c'est ce que le diacre de la paroisse a été invité à faire alors que le couple Isabelle Dupuis et Francis Boisvert procédait à l'ouverture officielle de son tout nouveau commerce dans l'ancien presbytère de Saint-Stanislas.

Même l'ancien évêque de Trois-Rivières, Mgr Martin Veillette, était sur place pour l'occasion.

Interrogé à savoir ce qu'il pense de cette transformation extrême de la vocation de ce magnifique bâtiment historique, Mgr Veillette rappelle qu'il y avait eu certaines balises lorsque la décision de vendre l'édifice avait été prise.

«C'est un projet original qui a été présenté et qui a été accueilli favorablement par la paroisse et l'évêque aussi. On est content que ce soit quelqu'un du milieu et qui voulait faire quelque chose aussi dans son milieu», dit-il.

Le nouveau resto-brasserie, qui conserve un caractère familial même s'il se spécialise dans la vente des bières de micro-brasseries, s'appellera d'ailleurs Le Presbytère en mémoire de sa vocation première.

David Gélinas de l'agence de publicité-design Victor et Cie, raconte que ça «a été un processus assez long pour trouver un nom, alors qu'on l'avait directement dans le visage. On a pensé au cachet, mais également aux gens d'ici. Pour eux, ils vont toujours venir manger au presbytère», fait-il valoir.

L'édifice est donc passé de l'Église à la communauté avec élégance.

Certes, la bière y occupe une place importante, mais les familles pourront venir y déjeuner dès 7 h chaque matin.

Des dîners et des soupers seront également servis.

«Les heures de fermeture vont varier en fonction du début de semaine et de l'achalandage», précise M. Boisvert, mais seront plus étendues le week-end.

C'est que la co-propriétaire y a transféré son restaurant, Buffet Isabelle Dupuis, qui était situé de l'autre côté de la rivière. La différence pour elle, c'est que son restaurant, ouvert depuis 2002, accueillait une trentaine de clients alors que le nouvel édifice permet d'accueillir 125 personnes à l'intérieur et 80 sur la galerie et la terrasse extérieure. «C'est une adaptation», reconnaît-elle. C'est pourquoi elle amorcera le volet restauration avec une nourriture de style bistro, des burgers, poutines et menus pour événements spéciaux.

Cela signifie que des quatre employés qu'il y avait au Buffet Isabelle Dupuis, on passera à 16 employés au Presbytère, dont certains seront à temps partiel.

Francis Boisvert est toujours intéressé à brasser sa propre bière éventuellement. «Notre but est d'éduquer et de faire connaître les bières de micro-brasseries. On s'est dit que ce n'est pas parce qu'on est à la campagne qu'on ne peut pas avoir ce qui se passe en ville», plaide-t-il. 

M. Boisvert prévoit qu'au début de janvier «on devrait être bon pour commencer à brasser», prévoit-il. D'ici là, des tests seront menés.

Francis Boisvert et Isabelle Dupuis ont trimé dur pour transformer le presbytère, faisant la plupart des travaux de leurs propres mains avec l'aide de parents, de bénévoles et du soutien de leurs trois grands enfants.

«Notre but premier était de garder la structure, l'architecture et le cachet du presbytère», rappelle Francis Boisvert.

De l'extérieur, presque tout est demeuré intact.

À l'intérieur, toutefois, une ambiance chaleureuse de pub a été créée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer