Diocèse de Trois-Rivières: le défi d'innovation

De gauche à droite: Lise Filteau, coordonnatrice de... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

De gauche à droite: Lise Filteau, coordonnatrice de la pastorale d'ensemble, monseigneur Luc Bouchard, êvêque de Trois-Rivières, et Serge Simard, coordonnateur du développement organisationnel.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le diocèse de Trois-Rivières lance une série de consultations populaires qui permettront à l'organisation catholique de connaître l'avis des paroissiens afin de mieux répondre à leurs besoins spirituels.

Le Tournant missionnaire mis de l'avant par le diocèse a permis d'entendre depuis deux ans de nombreux leaders pastoraux et des gestionnaires de paroisses dans un contexte de baisse de fréquentation des églises, de l'âge avancé des prêtres et de difficultés financières des paroisses. Avec les 18 forums qui auront lieu partout en Mauricie du 10 au 29 novembre, le diocèse veut avoir l'opinion de la population concernant l'avenir des paroisses.

«Notre Église est dans un tournant de son histoire. On veut prendre le pouls des gens, leur désir. On veut profiter de leur expérience. On veut une Église plus solidaire, plus près de la communauté», déclare Lise Filteau, coordonnatrice de la pastorale d'ensemble et directrice du service d'animation pastorale.

Par le biais des échanges tenus avec les personnes responsables des paroisses, plusieurs enjeux ont été abordés comme la solidarité avec les plus pauvres, le besoin des personnes de donner un sens à la vie et les relations avec les jeunes.

Cette grande réflexion s'inscrit dans la nécessité d'apporter certains changements afin de fixer des orientations pour les paroisses et la communauté. Voilà pourquoi les forums seront l'occasion de discuter de ces enjeux, mais aussi de présenter un portrait de la situation générale actuelle. 

Les citoyens sauront notamment que depuis cinq ans, les revenus traditionnels (quêtes, dîmes, funérailles) affichent une baisse variant de 20 % à 24 %. D'autre part, on note une appréciation de l'ordre de 24 % à 28 % des revenus provenant d'activités de financement.

«On trouve important d'informer les gens sur le contexte. On va aussi donner des informations sur la vision d'avenir, comme les regroupements de paroisses. À la veille d'annoncer une réforme importante, il convient d'informer la population pour situer la démarche diocésaine face à notre avenir. C'est un défi d'innovation. Il faut rassembler les forces vives», estime Serge Simard, coordonnateur du développement organisationnel.

Le diocèse a déjà fait état de l'objectif de miser sur une douzaine de paroisses dans un avenir rapproché. Cette approche a encore besoin d'être peaufinée, si bien que les orientations devraient être plus claires en début d'année. Mais d'ici là, le travail de consultation demeure nécessaire, selon monseigneur Luc Bouchard.

«C'est un exercice collectif que nous devons faire avec lucidité et espérance, croit l'évêque de Trois-Rivières. L'avenir des communautés paroissiales est aujourd'hui, plus que jamais, entre les mains de tous les baptisés du diocèse.»

Les deux premiers forums auront lieu le jeudi 10 novembre au centre Félix-Leclerc de Trois-Rivières pour les paroisses Père-Frédéric-Janssoone, Saint-Eugène, Saint-Odilon et Sainte-Famille et à l'église de Louiseville pour les paroisses de Louiseville, Maskinongé, Saint-Justin, Saint-Léon-le-Grand et Sainte-Ursule.

La dernière rencontre sera présentée le mardi 29 novembre à l'église de Champlain pour les paroisses de Champlain, Bastiscan, Saint-Luc-de-Vincennes, Saint-Maurice et Saint-Narcisse.

Le résultat de ces consultations devrait être connu dans les semaines suivantes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer