La fin des mauvaises odeurs à Saint-Étienne-des-Grès?

Les travaux de mise aux normes sont terminés... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Les travaux de mise aux normes sont terminés au site d'enfouissement de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Étienne-des-Grès) Les principaux travaux de mise aux normes sont terminés au site d'enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès. La direction est maintenant sûre que le site répond aux exigences du ministère de l'Environnement du Québec et pourra recommencer à recevoir les déchets de la région. Par conséquent, les mauvaises odeurs récurrentes dans ce secteur devraient disparaître.

«Nous avons terminé les travaux samedi, à midi», a lancé en entrevue le président de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM), René Goyette. «Nous devions terminer vendredi, mais en raison d'un retard causé par la pluie de cette semaine, nous terminons une demi-journée plus tard.»  

L'échéancier est donc respecté. En septembre dernier, lorsque la Régie avait annoncé que les déchets seraient acheminés vers le site d'enfouissement de Champlain, le président de l'organisme avait affirmé que les travaux de mise aux normes environnementales du site de Saint-Étienne-des-Grès allaient se terminer d'ici le 15 octobre. 

«Nous avons dû travailler six jours sur sept durant 12 heures par jour, mais nous y sommes arrivés», a précisé René Goyette. «Nous avons travaillé fort. Je suis vraiment content de l'effort de tout le monde.» 

La RGMRM avait même déjà avisé, vendredi, le ministère de l'Environnement de la fin des travaux. Des agents du ministère sont attendus cette semaine sur le site afin de vérifier les travaux exécutés.

Rappelons que le ministre de l'Environnement, David Heurtel, avait déjà annoncé en personne en septembre lors d'un passage à Trois-Rivières l'émission du certificat d'autorisation permanent pour l'exploitation du lieu d'enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès. Ce certificat est toutefois conditionnel à la réalisation des travaux au site d'enfouissement.  

«En principe, nous avons terminé les travaux exigés», a expliqué René Goyette. «Nous avions un surveillant de chantier additionnel qui était le lien avec le ministère de l'Environnement pour s'assurer que chaque fois qu'on faisait quelque chose, c'était conforme et pour que tout fonctionne bien.»  

Essentiellement, ces travaux consistaient à aménager un pipeline de 850 mètres pour transporter les gaz émis par le puits de captation installé récemment afin qu'ils soient traités. Lorsque ces gaz se répandent dans l'air, ils entraînent de mauvaises odeurs. 

Selon le président de la RGMRM, ces travaux assurent la pérennité du site pour les prochaines années. «Nous allons pouvoir mettre entre 800 000 à 1 million de tonnes de déchets additionnelles sans avoir de nouveaux travaux à faire», a ajouté René Goyette.

Le maire de la municipalité espère fortement que ces travaux mettent un terme de façon définitive au problème des mauvaises odeurs. Il soutient que quelques jours avant la fin des travaux, les odeurs pestilentielles étaient si fortes qu'elles pouvaient être perçues jusqu'à Saint-Boniface. «La semaine dernière, c'était terrible. J'ai justement eu une rencontre téléphonique avec la Régie vendredi et on me disait que c'était normal, car les travaux n'étaient pas terminés», explique le maire de Saint-Étienne-des-Grès, Robert Landry. 

«Selon eux, la finition des travaux devrait tout régler.» 

Malgré tout, le maire ne crie pas victoire. Il estime que les citoyens et son administration devront patienter quelques jours pour voir si véritablement les travaux effectués au site d'enfouissement ont corrigé ce problème. 

Après que le ministère aura vérifié la conformité des travaux réalisés, ce qui ne devrait n'être qu'une formalité, les bennes à ordures reprendront le chemin de Saint-Étienne-des-Grès. Rappelons que les déchets étaient depuis quelques semaines acheminés vers le site d'enfouissement de Champlain.

En terminant, la RGMRM devra réaliser d'autres travaux complémentaires d'ici le 20 juin, dont ceux concernant une station de canalisation des odeurs, la gestion du lixiviat d'une des cellules d'enfouissement et la tenue d'une campagne d'échantillonnage de l'air.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer