Une première guignolée pour le Centre Le Havre

Guy Auger, intervenant au Centre Le Havre, lors... (Olivier Croteau)

Agrandir

Guy Auger, intervenant au Centre Le Havre, lors de la guignolée de samedi.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors que les besoins en itinérance sont croissants, le Centre Le Havre de Trois-Rivières doit trouver de nouvelles sources de financement. La fondation de l'organisme tenait samedi la toute première guignolée de son histoire pour garnir ses coffres. Répartis à plusieurs intersections de la ville, les bénévoles ont amassé près de 6000 $. Par manque de volontaires, l'activité de financement a toutefois été limitée à une seule journée.

«Les gens de la Mauricie sont généreux, ils sont accueillants. Nous avons droit à des sourires et nous n'avons pas eu de mauvais commentaires», a lancé entre deux voitures Guy Auger, intervenant au Centre Le Havre. «Les personnes nous disent que la cause leur tient à coeur. Et l'organisme est déjà bien connu du public.»

Les quelque 6000 $ recueillis sont encourageants pour les organisateurs. Chaque dollar amassé sera très utile pour venir en aide aux personnes itinérantes. Et les besoins en itinérance sont en effet en croissance dans la région, selon les intervenants du Centre Le Havre. En 2015, le Centre a reçu 1067 demandes d'hébergement, alors que l'accueil d'urgence a admis 679 personnes (84 % d'hommes et 16 % de femmes). 

Sur ces 679 personnes, 83 % étaient originaires de Trois-Rivières alors que 25 % étaient âgées de 18 à 30 ans et 6 % avaient plus de 60 ans. Selon les intervenants rencontrés, le visage de l'itinérant est aussi en transformation. 

Toutefois, la capacité simultanée de l'accueil d'urgence n'est que de 22 lits. De plus, au cours de cette même année, le Centre Le Havre a servi pas moins 21 000 repas. 

«On est pratiquement les seuls grands centres d'aide aux personnes itinérantes entre Québec et Montréal», précise Guy Auger. «Nous sommes presque toujours au maximum de notre capacité.»

La situation économique et les pertes d'emplois des dernières années sont des facteurs qui augmentent les besoins, ajoute l'intervenant au Centre Le Havre. On y retrouve même des travailleurs ayant perdu leur emploi et qui ont été expulsés de leur loyer.  

Bien sûr, les services au centre d'urgence sont disponibles en tout temps, ce qui augmente les coûts d'opération. Les intervenants sont là pour accompagner les personnes pour qu'elles puissent trouver de l'aide. Bien qu'elles ne représentent pas la totalité des bénéficiaires des services du Centre Le Havre, certaines personnes ont également des problèmes de santé mentale ou bien de consommation.  

Par ailleurs, les animaux sont acceptés par la direction du Centre Le Havre. Certaines personnes préféreraient de loin rester à l'extérieur, plutôt que de se séparer de leurs compagnons à quatre pattes. 

Un manque de bénévoles

Prévue à l'origine sur deux jours, la première guignolée du centre Le Havre a finalement été amputée d'une journée par manque de bénévoles. La responsable de la Fondation du centre explique que cette décision a été prise vendredi. «Nous avions 45 bénévoles, ce qui permettait de ne faire qu'une journée», explique Karine Dahan, responsable de la Fondation du centre Le Havre. «Il s'agit pour nous d'une première expérience avec la guignolée. Nous allons nous ajuster lors de la prochaine édition.»

La prochaine guignolée du centre Le Havre est prévue pour 2018. Karine Dahan explique qu'une nouvelle réglementation municipale permet aux organismes comme celui-ci de faire des collectes de fonds aux intersections de la ville uniquement aux deux ans. «C'est nouveau de cette année. Il semble que certains automobilistes se soient plaints d'être souvent sollicités alors qu'ils étaient au volant», précise Mme Dahan.

En terminant, la Fondation entreprend une nouvelle vaste campagne de financement. Le 2 novembre prochain, l'organisme organise son 11e souper-bénéfice au cabaret Le Satyre du centre-ville de Trois-Rivières. L'objectif de cette soirée est notamment de sensibiliser les jeunes entrepreneurs à l'importance de soutenir le Centre Le Havre. «Le soutien des grandes entreprises, c'est bien, mais nous voulons sensibiliser aussi la nouvelle génération d'entrepreneurs», note Karine Dahan.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer