Journée thématique à l'UQTR: pour aider les nouveaux arrivants

Ivan Suaza, directeur général du SANA, le député... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Ivan Suaza, directeur général du SANA, le député de Trois-Rivières Jean-Denis Girard ainsi que le conseiller municipal Pierre-Luc Fortin, qui siège à la Table locale sur l'immigration.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'Université du Québec à Trois-Rivières accueillait, vendredi, la toute première Journée thématique en immigration. L'initiative, issue de la Table locale sur l'immigration, a permis de regrouper pas moins de 25 organismes de la région afin de répondre aux questions des personnes souhaitant immigrer au Canada et s'installer à Trois-Rivières.

Ces 25 organismes de la région ont pour la plupart la mission de favoriser l'arrivée et l'intégration des immigrants à la société québécoise. Ajoutons que plusieurs organismes d'aide à l'emploi et de placement étaient également présents afin de donner le maximum d'outils aux visiteurs, qui ont aussi pu assister à des conférences sur les statuts temporaires, statuts permanents ainsi que la citoyenneté canadienne.

«L'activité est une première au Québec. On a voulu rassembler tous ces services, car souvent, les personnes désirant immigrer ont plusieurs questions mais ne savent pas nécessairement à qui adresser leurs différentes questions. En regroupant tout le monde, on crée une sorte de guichet unique qui facilite la vie aux nouveaux arrivants», explique Laurence Gagné, agente de communication chez Innovation et Développement économique Trois-Rivières, qui faisait également partie des organismes présents.

Présent à l'ouverture de l'activité vendredi matin, le député fédéral de Trois-Rivières, Robert Aubin, explique que les dossiers de demandes d'immigration ont explosé à son bureau depuis les dernières années. Alors que son adjoint en circonscription pouvait consacrer environ 40 % de sa tâche en 2011 à traiter ce genre de demandes, c'est plutôt de 75 % à 80 % de son temps qui sera occupé cette année à cette tâche. «Ça a dépassé, et de loin, les demandes reliées à l'assurance emploi, ce n'est pas peu dire», constate Robert Aubin. À noter que ces demandes excluent les dossiers des réfugiés syriens, puisque ces derniers sont automatiquement accompagnés par le ministère. Au bureau du député, ce sont majoritairement des demandes provenant de personnes originaires du Maghreb, de l'Afrique de l'Ouest et de l'Amérique du Sud qui seront traitées.

Robert Aubin ne peut identifier un seul facteur pour expliquer une telle explosion, mais constate que Trois-Rivières est de plus en plus vue comme une terre d'accueil intéressante pour les nouveaux arrivants, et de voir tant d'organismes travailler en collégialité pour faciliter la vie de ces personnes avait de quoi le réjouir, vendredi matin.

À Trois-Rivières, chaque année, entre 250 et 300 nouveaux arrivants viennent s'installer, selon le Service d'aide aux nouveaux arrivants (SANA). Pour Ivan Suaza, directeur général du SANA, il était d'autant plus symbolique que l'activité se tienne à l'UQTR, qui attire une bonne partie de cette communauté immigrante. «La plupart des étudiants étrangers ici ont déjà passé un certain processus de sélection. En plus, ils étudient ici et auront un diplôme reconnu ici. Bien souvent, le processus est un peu plus facile pour eux, car ils ont toutes les conditions gagnantes pour bien s'intégrer à la société», constate M. Suaza.

Déjà vendredi matin, plusieurs dizaines de personnes étaient présentes à la conférence d'ouverture de la journée thématique, signe que l'initiative était attendue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer