Le début d'une vie nouvelle

Tout comme son mari, l'olympien Richard Dober Jr,... (Photo: Francois Gervais)

Agrandir

Tout comme son mari, l'olympien Richard Dober Jr, et leurs deux enfants, Malgorzata Dessureault-Dober est maintenant citoyenne canadienne.

Photo: Francois Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) La journée du 11 octobre 2016 restera gravée à jamais dans la mémoire d'une quarantaine de nouveaux Canadiens.

Devant parents et amis ainsi que de nombreux dignitaires, ces hommes et ces femmes ont obtenu le titre de citoyen canadien lors d'une cérémonie qui s'est déroulée en fin de journée mardi au 62e Régiment d'artillerie de campagne de Shawinigan.

Le député de la circonscription de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne, faisait notamment partie des personnes qui ont participé à l'événement qui se tenait en sol shawiniganais dans le cadre de la semaine de la citoyenneté. Cette cérémonie n'était d'ailleurs que la deuxième à se tenir à Shawinigan, selon le député Champagne.

«Je sais que vous avez travaillé fort pour obtenir votre citoyenneté alors ça mérite d'être souligné correctement», a-t-il dit aux nouveaux Canadiens avant d'ajouter que cinq membres du caucus libéral siégeant à la Chambre des communes sont issus de l'immigration.

Parmi les personnes qui ont obtenu leur citoyenneté, certains ont dû attendre plus longtemps que d'autres avant de pouvoir prêter serment. C'est notamment le cas de Malgorzata Dessureault-Dober, qui est mariée avec l'olympien trifluvien Richard Dober Jr.

Ayant rencontré le kayakiste lors d'une compétition en Pologne, son pays d'origine, il y a maintenant dix ans, elle a essuyé trois refus avant d'obtenir finalement son visa au début de sa relation avec celui qui est devenu le père de ses enfants. Obtenir sa citoyenneté représente donc l'aboutissement d'un long processus pour elle.

«Nous sommes arrivés ensemble au Canada en 2008 et je suis devenue résidente permanente. Mais comme nous voyagions beaucoup autour du monde car mon mari prenait part à des compétitions, ça m'a pris un bon moment avant de pouvoir accumuler assez de journées passées au pays pour pouvoir faire ma demande», a-t-elle expliqué quelques instants après avoir prêté serment.

En plus des nombreux formulaires qu'elle et son mari ont dû remplir tout au long du processus, la mère de deux enfants a dû réussir le fameux examen de citoyenneté comme tous les autres Canadiens issus de l'immigration. Elle avoue d'ailleurs qu'elle doit une fière chandelle à son mari et son beau-père, qui l'ont beaucoup aidée dans sa préparation.

«Il m'a beaucoup aidée, notamment lors de mon étude des notions historiques. Nous sommes entre autres allés à Québec et il m'a montré tous les endroits importants. Je n'ai donc pas seulement eu à lire le livre, bien que ça m'a aidée beaucoup», a-t-elle confié.

Établi à Trois-Rivières depuis quelques années en raison de ses études en sciences infirmières à l'UQTR, le Libanais Faris Charafeddine a également reçu sa citoyenneté lors de la cérémonie de mardi. Ayant demandé l'asile il y a 10 ans, il se dit soulagé de pouvoir finalement crier haut et fort qu'il est Canadien.

«C'est mission accomplie! Je suis très heureux et je vais essayer de rester dans la région après mes études si je me trouve un emploi. J'aime ça ici», a-t-il indiqué fièrement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer