Mobilisation internationale réclamée pour Haïti

Haïti a commencé dimanche un deuil national de... (PHOTO AFP)

Agrandir

Haïti a commencé dimanche un deuil national de trois jours, avec la crainte d'être confronté à une recrudescence du choléra.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Une importante mobilisation de la communauté internationale est nécessaire en Haïti pour faire face à l'ampleur des destructions causées par l'ouragan Matthew, a indiqué lundi le secrétaire général des Nations unies.

Au moins 1,4 million de personnes ont besoin d'une assistance d'urgence, plus de 300 écoles ont été endommagées tandis que des cultures et des réserves alimentaires ont été détruites, a relevé Ban Ki-moon.

«Une réaction majeure est nécessaire», a-t-il déclaré à des journalistes.

Les Nations unies ont lancé lundi un appel d'urgence pour collecter 120 millions de dollars destinés à couvrir les besoins de Haïti, pays le plus pauvre de la Caraïbe, pendant les trois prochains mois.

«Certaines villes et villages ont presque été entièrement rayés de la carte», a souligné M. Ban. «Ces chiffres et les besoins augmentent à mesure que davantage de régions touchées deviennent accessibles».

Le dernier bilan de la protection civile haïtienne faisait état lundi matin d'au moins 372 morts.

«Je lance un appel à la communauté internationale pour qu'elle fasse preuve de solidarité et de générosité - et qu'elle travaille conjointement de manière efficace pour faire face à cette urgence», a ajouté le responsable onusien.

L'ouragan Matthew a frappé la côte méridionale d'Haïti le 4 octobre, en catégorie 4 sur une échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq. Il soufflait alors à 230 km/h.

Le patron des opérations humanitaires de l'ONU Stephen O'Brien a relevé de son côté que l'ouragan avait déclenché la pire crise humanitaire en Haïti depuis le séisme meurtrier de janvier 2010 (plus de 200 000 morts).

Et, depuis octobre 2010, le pays est confronté à une épidémie de choléra,- maladie introduite dans le pays par des Casques bleus népalais arrivés après le séisme -, qui a fait plus de 10 000 morts.

L'ONU a pour la première fois reconnu mi-août avoir une «responsabilité morale» envers les victimes du choléra et leurs familles, annonçant qu'elle allait leur accorder une «aide matérielle» directe.

De son côté, l'Unicef a estimé que la scolarité d'environ 100 000 enfants allait pâtir des conséquences de l'ouragan car leurs écoles ont soit été endommagées, soit ont été réquisitionnées pour servir d'abri d'urgence.

L'organisation s'emploie à organiser la livraison de salles de classes temporaires et de matériel scolaire.

Formé au large du Venezuela, Matthew a traversé la mer des Caraïbes et affecté la Colombie, la Jamaïque, Cuba, la République dominicaine (au moins quatre morts), les Bahamas et enfin les États-Unis (au moins 20 morts). Il a été rétrogradé dimanche en tempête post-cyclonique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer