Elle bat le record Guinness de son père

Eden Bond... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Eden Bond

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Eden Bond a réussi à passer 76 heures dans une boîte grimpée à neuf mètres (30 pieds) de hauteur à Shawinigan, battant du même coup l'exploit réalisé par son père il y a 28 ans presque jour pour jour et figurant dans les records Guinness.

En passant 76 heures consécutives dans une boîte... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

En passant 76 heures consécutives dans une boîte juchée dans les airs, Eden Bond est parvenue à battre la marque de 72 heures établie en 1988 par son père Jimmy.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

L'adolescente de 16 ans a eu l'idée d'imiter son père afin d'amasser des fonds pour l'organisme La Séjournelle, un centre de Shawinigan qui accueille des femmes victimes de violence conjugale.

Pour y parvenir, elle a séjourné dans une boîte de bois mesurant 76 cm sur 183 cm sur 40 cm (30 pouces sur 72 pouces sur 16 pouces) de vendredi jusqu'à lundi à 18 h 37. La boîte était fixée avec des chaînes par le bas à une semi-remorque et par le haut à une bâtisse.

«C'est une fierté. J'attends ce jour-là depuis longtemps, soit depuis que mon père m'a parlé de son exploit, il y a sept ou huit ans. Je lui avais dit que lorsque j'aurais 16 ans, j'allais faire ce record. Ça fait très longtemps que je pense à ça», a déclaré Eden Bond, qui était équipée d'un sac de couchage, de couvertures, d'eau, d'un parapluie portatif et d'un walkie-talkie.

Son père avait 16 ans en 1988 lorsqu'il a décidé de grimper dans une boîte de bois comparable devant l'hôtel de ville de Shawinigan pour récolter de l'argent destiné à des organismes d'aide. Eden Bond a eu 16 ans en avril et la préparation n'a pas mis de temps à se mettre en branle.

«On était certain à 99 % qu'elle ferait le défi, mentionne son père. Elle m'a posé des questions sur la préparation, sur ce qu'il faut manger, sur les temps de pause, la réaction des médias. Je ne pouvais pas lui dire non!»

De vendredi midi à lundi soir, Eden Bond a eu droit à cinq minutes de pause par heure. Ces pauses pouvaient être accumulées, ce qu'elle a fait pour manger, faire de l'exercice, répondre aux besoins de la nature et se réchauffer.

«C'est dur comme défi: il a plu, il a fait froid. Et la boîte est étroite, je ne peux pas me tourner! Mais j'ai eu plein d'amis et des gens qui m'ont encouragée. Des gens sont venus à 4 h du matin. C'est ce qui m'a poussée à continuer», raconte l'étudiante de l'école secondaire des Chutes de Shawinigan.

M. Bond n'est nullement surpris de voir sa fille effacer sa marque.

«Je suis très fier qu'elle ait battu le record. Ma fille est très déterminée. Et ça se passe mieux que moi. Je me souviens que je voulais faire 80 heures, mais ma pression était basse, j'avais de la misère à marcher. En 2016, l'amélioration s'est faite en ce qui concerne les pauses. Elles ont été plus fructueuses pour l'exercice et l'alimentation, ce qui a permis à Eden d'être plus performante.»

La somme d'argent amassée durant cette activité sera connue dans quelques semaines. Jimmy Bond s'occupera de faire homologuer cette marque par Guinness.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer