Prévention des incendies: inattention et cuisine ne font pas bon ménage

Carl Boulianne, directeur adjoint et François Lelièvre, directeur... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Carl Boulianne, directeur adjoint et François Lelièvre, directeur du Service de sécurité incendie de Shawinigan en compagnie du maire, Michel Angers, lors du lancement de la semaine de prévention, vendredi matin.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le Service de sécurité incendie de Shawinigan multipliera les activités dans le cadre de la semaine nationale de prévention qui se déroulera du 9 au 15 octobre, sous le thème «C'est dans la cuisine que ça se passe!»

Le directeur de la brigade, François Lelièvre, semble satisfait de constater que cette année, la campagne s'attarde davantage aux causes qu'à la réaction à privilégier en cas de sinistre. Au Québec, près du tiers des incendies de bâtiments débutent dans la cuisine, soit environ 25 par semaine. Depuis 2011 à Shawinigan, 61 sinistres ont émergé à cet endroit ou dans la salle à manger, ce qui représente 22 % des 275 événements recensés. Ces incendies ont causé des pertes évaluées à plus d'un million de dollars.

«Dans les dernières années, le thème de la campagne portait sur l'importance d'évacuer rapidement», rappelle M. Lelièvre. «Pour nous, ce n'est pas de la prévention. En faisant sortir les statistiques, on s'est aperçu que le lieu où la proportion d'incendies est la plus forte, c'est dans la cuisine en raison de l'utilisation des éléments chauffants.»

Le directeur fait remarquer que dans la vie d'aujourd'hui, une distraction est vite arrivée. Il rappelle le triste exemple de cette fillette oubliée dans son siège d'auto sur un élément de cuisinière allumé à Victoriaville, en janvier. À Shawinigan, 30 % des 61 incendies recensés dans une cuisine ou une salle à manger depuis 2011 ont été causés par une distraction ou une erreur humaine.

«Avec Internet, la télévision, le téléphone, les gens ont beaucoup de distraction», observe-t-il. «On commence quelque chose dans la cuisine, on part faire autre chose et on oublie. Les aliments surchauffent et on provoque un début d'incendie. Comme il y a beaucoup de matière combustible dans une cuisine, on augmente la charge calorifique et ainsi, le risque d'incendie.»

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, raconte avoir lui-même assisté de très près à un début d'incendie qui aurait pu tourner au drame à la résidence familiale. À la fin de l'adolescence, il avait fait chauffer de l'huile dans un chaudron avant de se rendre au sous-sol pour écouter la télévision. Quand il est remonté, le feu commençait à danser sur la cuisinière. «Mon beau-frère avait lancé de l'eau sur de l'huile à patates frites...», se souvient-il. 

Ce mélange avait plutôt donné plus d'expansion au feu, qui avait finalement été maîtrisé. «Mais si j'étais resté cinq minutes de plus en bas, le feu aurait pris», croit le maire.

Le thème qui a été retenu pour cette campagne de prévention prévaudra pour les trois prochaines années.

«On pourrait avoir deux objectifs», réfléchit M. Lelièvre. «Diminuer le nombre d'incendies qui proviennent de la cuisine et réduire les conséquences. Quand on montre aux gens les résultats lorsqu'ils lancent de l'eau sur de l'huile... Il suffit de fermer l'élément et mettre un couvercle sur le chaudron pour éteindre le début d'incendie et ainsi, réduire les dommages.»

Au cours de la prochaine semaine, les pompiers utiliseront divers moyens pour sensibiliser la population sur les dangers d'incendie qui se dissimulent dans une cuisine. Ils auront leur kiosque au match des Cataractes dimanche et par la suite au Collège Shawinigan, en plus de distribuer des encarts lors de barrages routiers et dans les épiceries.

Les pompiers visiteront aussi toutes les écoles primaires du territoire pour remettre aux enfants des dessins dans lesquels on retrouve sept risques d'incendie ou de brûlure dans une cuisine. Ils en profiteront pour distribuer 2800 piles pour les détecteurs de fumée, une initiative rendue possible grâce à l'argent amassé lors du Demi-marathon des pompiers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer