Vendanges et récolte des pommes: une saison plus qu'excellente

Daniel Harrisson, propriétaire du vignoble Domaine du Clos... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Daniel Harrisson, propriétaire du vignoble Domaine du Clos de l'Isle, estime que sa récolte de raisins est exceptionnelle cette année.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

Bonne, magnifique, exceptionnelle, autant de qualificatifs employés par les producteurs de pommes et les viticulteurs de la région pour désigner la saison 2016.

Daniel Harrisson, du Vignoble Domaine du Clos de l'Isle de Bécancour, n'en revient tout simplement pas des rendements qu'il obtient cette année. «C'est du jamais-vu», raconte ce viticulteur et oenologue qui a débuté dans la profession en 2007.

Si 2012 était une très bonne année, rappelle-t-il, 2016 est «exceptionnelle» pour la qualité du raisin qui a dû être récolté plus tôt que prévu.

«Les changements climatiques n'ont pas que du mauvais», dit-il. 

Selon lui, il faut en effet attribuer cette saison hors du commun au soleil «dont la force augmente d'année en année», estime-t-il.

Du côté des vergers de pommes, les producteurs n'ont pas à se plaindre non plus. Elles sont abondantes «et leur calibre est plus gros», estime Sylvie Céré, propriétaire du Verger Nicolet. «L'hiver a été très doux. Ça nous a donné une chance», estime-t-elle.

Il y a quatre ans, le Verger Belpom du secteur Sainte-Gertrude, à Bécancour, avait perdu toute sa récolte potentielle lorsque le gel avait mis fin abruptement à la floraison.

«Nous n'avions même pas ouvert nos portes, cette année-là», se souvient le propriétaire, Roger Renaud. Cette année, les huit variétés cultivées dans le verger familial offrent une performance toute autre. M. Renaud estime que les pommiers donnent en effet 10 % à 15 % plus de rendement, cet automne.

«On a une bonne récolte», se réjouit-il.

«La récolte est magnifique», confirme Benoît Barry du Verger Barry de Sainte-Anne-de-la-Pérade.

«L'été a été parfait. C'est une des bonnes années», estime-t-il. Au cours du prochain long week-end de trois jours, environ 2000 personnes vont défiler chaque jour chez lui, en quête de provisions et d'une belle sortie en famille. La Macintosh et la Cortland comptent parmi les variétés qui sont toujours disponibles.

«La Cortland, c'est excellent pour les tartes. Ça laisse de gros morceaux de pommes intacts», signale Roger Renaud.

Pour ceux ou celles qui n'ont pas le temps de cuisiner la pomme, rappelons que la plupart des vergers offrent des produits transformés. «Nous faisons du jus, de la gelée, du beurre de pomme et de la vinaigrette», signale pour sa part Benoît Barry.

Même chose du côté du Verger Nicolet où se trouvent aussi quelque 7000 plants de bleuets.

La saison estivale a d'ailleurs été tellement chaude et ensoleillée que ces petits fruits ont mûri trop vite», raconte Sylvie Céré.

Rémi Martel, propriétaire du Vignoble Riparia de Saint-Wenceslas, estime qu'avec plus de chaleur et moins de pluie, comme ce fut le cas au cours de l'été, le raisin de 2016 est moins acide et a pu mûrir davantage. «Les saveurs sont plus concentrées», constate-t-il.

Au Vignoble Domaine et Vins Gélinas de Saint-Sévère, les grappes ont dû être cueillies un peu plus tôt que d'habitude et à la fabrication du vin, on constate que le raisin est de meilleure qualité, cet été. «Il est plus riche en sucre», indique Serge Gélinas.

Plus de sucre signifie qu'on n'a pas eu besoin d'en ajouter lors de la confection du vin, explique Daniel Harrisson.

Au Domaine du Clos de l'Isle, les conditions de l'hiver et de l'été 2016 ont permis d'augmenter la production, dit-il. Le cépage Maréchal Foch du vignoble avait donné un rendement de 1600 litres de vin Clos Notre-Dame, en 2015. Cette année, ce sera presque le double, soit 3100 litres. «Le goût des épices est plus présent», observe le producteur.

La récolte des pommes se poursuivra jusqu'aux premiers gros gels ou jusqu'aux premières neiges.

Quant aux vendanges, elles se prolongeront jusqu'à la mi-novembre.

«Le Vidal, qui a une peau épaisse, a besoin d'un ou deux gels pour amincir sa peau», explique Daniel Harrisson. Certains raisins ont donc besoin d'une vendange tardive pour qu'on puisse en tirer le meilleur vin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer