Drogues au volant: le sénateur Carignan veut serrer la vis

Le sénateur Claude Carignan lors de l'annonce du... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le sénateur Claude Carignan lors de l'annonce du projet de loi concernant la conduite avec les facultés affaiblies par la drogue.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Redoutant que la légalisation de la marijuana fasse bondir les cas de conduite avec facultés affaiblies, le sénateur Claude Carignan propose de fournir plus d'outils aux forces de l'ordre. La présidente de la Fondation Katherine Beaulieu, Lise Lebel, était à Ottawa lundi afin d'appuyer ce projet de loi.

Le sénateur déposera mardi à la chambre haute un projet de loi visant à doter les patrouilleurs d'appareils de détection de drogues dans l'organisme par l'analyse de la salive. L'implantation de ces contrôles routiers ferait en sorte qu'un nombre plus restreint de contrevenants passeraient entre les mailles du filet, a plaidé le leader de l'opposition officielle au Sénat.

En vertu du système actuellement en vigueur, si un patrouilleur routier a des motifs de croire qu'un conducteur est intoxiqué, il l'arrête et l'emmène au poste. Ce processus est toutefois long et fastidieux. Là, le suspect est soumis à des tests, plus approfondis, administrés par un agent évaluateur en reconnaissance de drogue (AERD).

Mais en raison de la rareté de ces spécialistes et des délais potentiels d'administration des épreuves, ce système n'est pas adéquat, a signalé le sénateur Carignan.

Et selon lui, si le gouvernement libéral va de l'avant avec la légalisation de la marijuana, les cas risquent d'aller en augmentant.

Les libéraux ont mis sur pied un groupe de travail chargé de leur fournir des conseils sur la conception d'un cadre législatif. Le rapport du groupe est attendu en novembre.

Le gouvernement a l'intention de déposer un projet de loi pour légaliser le cannabis au printemps 2017, selon ce qu'a annoncé en avril dernier la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott.

Il était temps, estime Lise Lebel

La présidente de la Fondation Katherine Beaulieu était à Ottawa lundi pour l'annonce du dépôt de ce projet de loi. Lise Lebel affirme qu'il est temps que les corps policiers soient dotés d'outils pouvant détecter rapidement les conducteurs qui sont sous l'effet de la drogue. 

«Ce projet de loi était très attendu. Les policiers n'ont pas beaucoup de moyens pour trouver les délinquants qui conduisent avec les facultés affaiblies par la drogue», affirme Lise Lebel. «Pour l'alcool, il y a des appareils rapides qui sont autorisés, mais pas pour la drogue.»

Cette fondation a été créée à la suite du décès de Katherine Beaulieu, survenu lors d'un accident impliquant une automobiliste qui conduisait avec les facultés affaiblies par l'alcool.

Depuis, Lise Lebel, la mère de la jeune femme décédée, donne des conférences et fait des actions de sensibilisation dans les écoles. Elle explique que plusieurs jeunes automobilistes consomment du cannabis sachant que la détection est difficile. 

«Le cannabis devient une alternative à l'alcool», soutient Mme Lebel. «Il y a presque autant de personnes qui décèdent sur les routes qui ont de la drogue dans le sang que de l'alcool.»

Alors que le gouvernement libéral entend légaliser le cannabis, Lise Lebel affirme que les policiers doivent avoir les bons outils pour détecter les conducteurs fautifs. Pour elle, il est clair qu'avec la légalisation de cette substance, le nombre de conducteurs sous l'effet du cannabis augmentera sur les routes. 

Avec Gabriel Delisle

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer