Halloween: des conseils de sécurité pour une fête réussie

Les inspecteurs Domenico Sarro et Bita Samin étaient... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Les inspecteurs Domenico Sarro et Bita Samin étaient de passage en Mauricie. Ils en ont profité pour diffuser des conseils de sécurité entourant la fête de l'Halloween.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) L'arrivée de l'automne et du mois d'octobre rime avec Halloween pour des milliers d'enfants. Des inspecteurs au Programme de la sécurité des produits à Santé Canada ont profité de leur passage dans la région pour rappeler certains conseils de sécurité concernant cette fête et les préparatifs qui l'entourent.

«L'Halloween est particulière parce que c'est une soirée, quelques heures seulement. C'est un élan d'excitation pour les jeunes. Il faut garder en tête les aspects de sécurité tant au niveau des décorations, des déguisements, des bonbons... [...] C'est important de vérifier si le produit a été rappelé avant de l'utiliser», souligne d'entrée de jeu l'inspecteur Domenico Sarro.

Évidemment, pour avoir des centaines de petits monstres en quête de confiseries à la maison, il faut décorer l'entrée. Pour éviter les risques d'incendie, on suggère d'utiliser une bougie à piles ou tout simplement une lampe de poche à l'intérieur des citrouilles.

«Ça amène un risque d'incendie parce que la chandelle pourrait être trop proche d'une décoration. Ça peut prendre feu. [...] Un autre exemple, un enfant avec un boa en plume trop long qui effleure la citrouille avec une chandelle. Ça pourrait rapidement prendre en feu. Dans le temps de le dire ça va faire une boule de feu», image l'inspecteur.

Ce dernier n'est pas sans rappeler d'éviter de mettre trop de décorations pour éviter que des enfants surexcités trébuchent. Quant aux lumières, elles doivent respecter des normes.

«On va retrouver CSA ou ULC sur la boite qui permet de savoir que les produits ont été testés», souligne M. Sarro. 

On doit également avoir en tête l'aspect sécuritaire quand on choisit un costume. Il faut éviter les costumes trop grands, les cordons trop longs qui risquent d'accrocher quelque part. 

Si on décide d'acheter un masque, il faut s'assurer de la visibilité. L'enfant doit bien voir où il s'en va. D'ailleurs, on recommande davantage le maquillage. «C'est moins à risque pour perdre de la visibilité. [...] Il faut faire des tests avec le maquillage. Il faut l'essayer sur une petite surface pour voir si mon enfant a une réaction cutanée».

Lorsqu'on fabrique un costume, il faut garder en tête l'aspect sécuritaire également.

Quant à la cueillette de bonbons, on suggère, entres autres, d'avoir une lampe de poche pour mieux se diriger, d'utiliser des bâtons lumineux pour se faire voir de loin, d'attendre à l'extérieur des résidences...

Quant aux confiseries elles-mêmes, il faut faire le tri afin de s'assurer que tout est conforme et sécuritaire.

«Il y a l'aspect éducation qui est très important. On ramasse des bonbons, mais tu n'en mets pas dans ta bouche avant qu'on ait fait le tri. Si tu en veux un, je le vérifie avant. Il faut faire attention aux allergies. Il y a aussi des jouets, si c'est un enfant de moins de trois ans, il y a des risques de suffocation. Il faut vérifier comme il faut», explique l'inspecteur.

Rapporter les incidents

Les inspecteurs ont, entre autres, le mandat de s'assurer du respect de la loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation et des différents règlements qui y sont rattachés.

«Notre mandat est de faire l'inspection donc on va dans les magasins, autant ceux qui vendent des choses neuves qu'usagées, pour s'assurer que les produits soient conformes et sécuritaires».

Depuis quelques jours, les inspecteurs parcourent la Mauricie pour faire de la sensibilisation. Ils rencontrent notamment des infirmières, des éducateurs en service de garde pour montrer les différents risques rattachés à différents produits, et donner des conseils de sécurité. Mais surtout, on veut inciter les gens à les informer des différents incidents survenus. Un formulaire est disponible sur le site web au www.santecanada.gc.ca/securitedesproduits.

«Ça nous permet de faire des enquêtes et d'inspecter les produits, d'aller voir les compagnies... C'est aussi sur le site qu'on retrouve les différents rappels. Les gens peuvent s'inscrire facilement par courriel», a conclu M. Sarro.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer