Règle sur les chiens à Louiseville: Yvon Deshaies reçoit des menaces

Le maire de Louiseville Yvon Deshaies montre deux... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le maire de Louiseville Yvon Deshaies montre deux des quatre panneaux qui ont été érigés afin que le public sache que la mesure a bel et bien pris effet et qu'elle sera appliquée si quelqu'un en déroge.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Louiseville) Si la grande majorité des visiteurs au Festival de la galette de sarrasin de Louiseville ont accepté sans aucun problème la nouvelle réglementation qui demande que les chiens de plus de 5 kg (11 livres) soient muselés, certains ont très mal digéré la nouvelle. Le maire Yvon Deshaies a même reçu des menaces alors que vient de s'amorcer la 38e édition du festival.

Yvon Deshaies confirmait en entrevue avoir reçu ces menaces vendredi sur sa boîte vocale de personnes visiblement en désaccord avec ce règlement. Sans s'identifier, ces personnes ont notamment dit «monsieur le maire, je vais vous en crisser une si je vous vois» ou encore «si je vous vois avec mon chien, il va vous mordre et je vais le laisser faire». 

Le maire de Louiseville affirme ne pas être ébranlé par ces menaces. Il ne souhaite par ailleurs pas porter plainte à la Sûreté du Québec. 

Samedi, alors que le festival battait son plein, les propriétaires de gros chiens aperçus en train de déambuler à Louiseville respectaient le nouveau règlement.

La plupart des propriétaires des chiens n'hésitaient pas... (Stéphane Lessard) - image 2.0

Agrandir

La plupart des propriétaires des chiens n'hésitaient pas à recourir à des muselières ce week-end à Louiseville.

Stéphane Lessard

Parmi ceux-ci, on retrouvait Émanuelle Belhumeur. Ce propriétaire ne voyait aucun problème à museler son chien. 

«Je la mets tous les ans. J'aime mieux prévenir, avant qu'il arrive un accident», dit-il. «Je suis pour ça dans un festival, lorsqu'il y a plusieurs personnes.»

«Les gens comprennent et je suis content», ajoute de son côté le maire. «La sécurité des gens, dont les enfants, c'est important.»

Par ailleurs, les festivaliers qui n'avaient pas de chien rencontrés par Le Nouvelliste au hasard sur la rue se disaient tous en faveur de la nouvelle réglementation. Ils estiment tous qu'un animal peut se sentir stressé ou apeuré dans une grande foule, ce qui augmente les risques de comportements indésirables. Le président du Festival de la galette, André Auger, affirmait toutefois dimanche que certaines personnes ont volontairement décidé de braver la réglementation en refusant de mettre des muselières aux chiens.  

Yvon Deshaies soutient avoir été apostrophé, ces derniers mois, par plusieurs citoyens inquiets de la présence importante de chiens sur le site du Festival de la galette de sarrasin. C'est pour cette raison qu'il a décidé d'instaurer un règlement sur l'obligation de museler son chien lors de grands rassemblements publics. «Plusieurs citoyens me disaient qu'ils n'allaient pas sur le site pour cette raison», note-t-il.

La Confrérie du sarrasin a procédé samedi à... (Stéphane Lessard) - image 3.0

Agrandir

La Confrérie du sarrasin a procédé samedi à la traditionnelle cérémonie d'accueil et de bénédiction du sarrasin nouveau.

Stéphane Lessard

Festival de la galette de sarrasin: un événement sous-financé?

Beau temps d'automne aidant, les trois premiers jours de la 38e édition du Festival de la galette de Louiseville ont attiré bon nombre de visiteurs ce week-end. Même si la journée de dimanche a été plus tranquille essentiellement en raison du ciel gris et de la pluie, les organisateurs se disent très satisfaits de ce début de festival. Comme plusieurs autres au Québec, le financement public est primordial pour la survie de cet événement qui génère chaque année d'importantes retombées économiques pour la région. 

«On doit comprendre à Québec, au parlement, que ces retombées sont très importantes pour nous. Il n'y a pas beaucoup de festivals qui restent. Si nous n'avons pas d'aide, ça va nous être difficile de supporter la situation. On veut bien, mais je ne peux pas toujours prendre l'argent des taxes des gens. Je m'attends à ce que le gouvernement ouvre un peu les coffres pour aider les festivals», affirmait samedi le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, alors qu'il s'apprêtait à rencontrer la ministre du Tourisme du Québec, Julie Boulet. 

Selon le premier magistrat, Québec a octroyé une aide financière d'environ 30 000 $ au Festival de la galette de sarrasin. Et le président de la 38e édition, André Auger, rappelle que la subvention a été coupée cette année de 10 000 $ par rapport aux années précédentes, ce qui, selon lui, fait très mal aux finances de l'événement.

«Dix mille dollars, c'est souvent les profits du festival. Pour nous ce n'est pas important comme coupe... c'est très important», soutenait M. Auger. «On travaille fort pour la réussite, mais nous sommes un festival de rues. C'est la température qui mène. S'il fait beau, nous allons peut-être arriver à éponger ce manque à gagner. C'est ce qu'on souhaite. Mais on coupe quand même dans les dépenses et on fait du mieux qu'on peut.»

Yvon Deshaies estime que si les paramètres du financement ne changent pas, les organisateurs seront confrontés à des situations précaires au cours des prochaines années.

«D'ici un an ou deux, ça va être difficile. Le gouvernement donne des subventions aux industries, mais chez nous, le Festival de la galette est une industrie. Ça dure deux week-ends, mais c'est important. Que le gouvernement coupe ailleurs», ajoutait le maire de Louiseville. «Il passe environ 250 000 personnes lors du Festival de la galette de sarrasin. On parle de plus d'un million $ en retombées économiques. C'est bon pour notre ville et notre MRC.»

Lors de son passage au Festival western de Saint-Tite en septembre, le premier ministre du Québec a déclaré que son gouvernement avait commencé une grande évaluation des programmes de financement des événements touristiques.

La députée de Berthier-Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau, était... (Stéphane Lessard) - image 4.0

Agrandir

La députée de Berthier-Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau, était de la fête samedi à Louiseville.

Stéphane Lessard

Depuis quelque temps, plusieurs organisateurs de festivals qui se déroulent en région, dont en Mauricie, estiment être sous-financés. C'est dans ce contexte que la ministre du Tourisme et députée de Laviolette Julie Boulet a entamé une tournée d'événements qui ont lieu un peu partout au Québec. Elle était d'ailleurs à Louiseville samedi afin de rencontrer le maire de la localité et la direction du Festival de la galette.  

«On finance avec notre programme 120 événements, environ. De ce nombre, il y en a environ 45 qui sont sous-financés par rapport aux critères du programme. Et on estime qu'il y a près d'une quarantaine ou une cinquantaine que nous ne sommes pas capables de faire entrer dans le programme, parce qu'il n'y a plus de marge de manoeuvre, parce qu'il n'y a plus d'argent», expliquait en entrevue la ministre du Tourisme, Julie Boulet. 

Depuis trois ans, il y avait un moratoire dans ce programme de financement. La ministre souligne qu'il était impossible de faire accepter de nouveaux événements. Deux comités ont alors été mis en place par Québec afin d'étudier cette question cruciale du financement des événements touristiques.

«Ce qu'on veut revoir, c'est l'ensemble des paramètres des petits et grands événements. Car ces petits événements peuvent devenir moyens ou grands un jour. Je pense qu'ils ont tous leur place et que nous devons les accompagner et les soutenir. Ils sont des moteurs économiques extraordinaires dans les régions, en plus d'être une vitrine pour les produits régionaux», affirmait également la ministre du Tourisme.

Des organisateurs satisfaits

D'une façon générale, les organisateurs de la 38e édition du Festival de la galette de sarrasin se disaient dimanche très satisfaits du premier week-end de festivités. Même si cette troisième journée était plus difficile en raison de la pluie, les deux premières ont attiré de belles foules. Les organisateurs ajoutent que les spectacles présentés à la place Canadel ont été très populaires. 

Cette semaine, les festivités reprennent mercredi avec le grand souper de la population. L'ensemble de la programmation peut être consultée sur le site Internet du festival au www.festivalsarrasin.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer