Vente de billets de Céline: la Corporation des événements veut être dédommagée

La Corporation des événements a envoyé une requête... (Andréanne Lemire)

Agrandir

La Corporation des événements a envoyé une requête à la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières pour obtenir le remboursement des frais de services perçus par le Réseau Ovation lors de la vente des billets du premier spectacle-bénéfice de Céline Dion à l'Amphithéâtre Cogeco en avril dernier.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après les lacunes connues lors de la vente de billets du premier spectacle-bénéfice de Céline Dion à Trois-Rivières, la Corporation des événements, qui gère l'Amphithéâtre Cogeco, veut obtenir un dédommagement. Le Nouvelliste a en effet appris qu'une requête avait été envoyée à la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières, alors en charge de l'administration de la billetterie, afin d'obtenir le remboursement des frais de services qui ont été perçus lors de la mise en vente par le Réseau Ovation.

On se souviendra que lors de la mise en vente des billets pour le premier spectacle-bénéfice, le 16 avril dernier, le système a connu plusieurs ratés, alors que de nombreuses personnes tentant d'acheter des billets via Internet ou par téléphone n'ont tout simplement pas été capables de le faire. Le site Internet d'Ovation autant que les lignes téléphoniques n'avaient pas été capables de répondre à la très grande demande.

Du coup, sur les 9000 billets vendus pour l'événement-bénéfice, seulement 1500 l'ont été via le site Internet. De nombreuses personnes s'étaient alors rendues faire la file à la billetterie de la salle J.-Antonio-Thompson afin de pouvoir enfin obtenir des billets. Le même jour, la Corporation de développement culturel ainsi que la Corporation des événements de Trois-Rivières avaient tenu un point de presse conjoint pour présenter leurs excuses et confirmaient qu'ils allaient demander des comptes au Réseau Ovation. Le spectacle, au final, a tout de même affiché complet.

Plus de cinq mois après ces événements, la Corporation des événements a récemment fait parvenir une requête à la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières, lui réclamant le versement des frais de services perçus sur chacun des billets de spectacle à titre de dédommagement qui aurait été qualifié de symbolique. La demande n'aurait toutefois pas été formulée sous le format d'une mise en demeure, mais bien d'une demande d'un organisme paramunicipal à un autre. Notons que la Corporation des événements a un partenariat avec la Corporation de développement culturel pour la mise en vente des billets pour ses événements.

Jointe jeudi matin afin de commenter la situation, la présidente de la Corporation de développement culturel, Stella Montreuil, a confirmé que le conseil d'administration avait bien été saisi d'une telle demande, mais n'a pas souhaité élaborer davantage. «Nous allons répondre comme c'est l'habitude, mais nous n'allons pas commenter avant d'avoir d'abord informé les parties concernées de notre position», a-t-elle souligné. 

Il n'a pas non plus été possible de connaître la teneur exacte du montant réclamé, étant donné que les frais de services sur les billets de spectacles varient d'un concert à l'autre, notamment en fonction du coût des billets et du nombre de places dans la salle où se produira le spectacle. On peut cependant imaginer que la requête se chiffrerait à plusieurs milliers de dollars.

Le directeur général de la Corporation des événements, Steve Dubé, n'a pas non plus voulu commenter la requête, pas plus que la directrice générale de la Corporation de développement culturel, Nancy Kukovica. 

Rappelons par ailleurs que quelques jours après les événements du 16 avril, le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque avait fait savoir que la Ville larguerait le Réseau Ovation à la fin de son présent contrat. Déjà, lors de la mise en vente des billets pour la supplémentaire de Céline Dion, l'équipe de l'Amphithéâtre Cogeco s'était tournée vers l'entreprise Outbox pour assurer la vente de billets.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer