10e Défis du parc: un succès sur toute la ligne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Le parc national de la Mauricie était magnifique ce week-end, alors que ce joyau naturel accueillait la 10e édition des Défis du parc. Près de 4000 personnes ont participé à l'un ou l'autre des défis sportifs proposés pour cette édition anniversaire.

Samedi matin, près de 2300 cyclistes sur route ont pris le départ pour sillonner les routes du parc national. Ceux-ci participaient aux défis de 160 km, 105 km ou 60 km. Et nombreux étaient les spectateurs venus les encourager au départ ou à l'arrivée, créant une belle ambiance.

Le lendemain, les organisateurs proposaient des défis de course à pied, de vélo de montagne ainsi que de duathlon et de triathlon. Pas moins de 1700 personnes ont participé à cette deuxième journée de défis sportifs. Celle-ci a d'ailleurs été bonifiée cette année par quelques épreuves, dont le défi pour les personnes aînées. L'objectif des organisateurs est d'offrir un événement rassembleur qui permet à toute la famille de bouger.

Dimanche en fin de journée, la fondatrice et grande patronne des Défis du parc se disait extrêmement satisfaite de cette édition. Marie-Josée Gervais avouait être habitée par le sentiment du devoir accompli. L'événement qu'elle dirige est à ce point mature et les quelque 200 bénévoles connaissent si bien leurs tâches que l'ancienne cycliste professionnelle s'est permis de rouler pour la première fois les 105 km du défi.

«J'ai vécu un moment formidable. Quand tu vis les Défis du parc comme participant... wow», s'est-elle exclamée. «On est dans les plus hauts standards des coupes du monde, sans l'aspect compétitif. Et en plus, nous avons eu un temps fantastique tout le week-end.»

Lors des trois jours des Défis du parc, pas moins de 7000 personnes se sont rendues au Salon expo de vendredi ou dans le parc national ce week-end à l'occasion de cet événement qui attire des visiteurs de partout au Québec. Non négligeables, les retombées économiques des Défis du parc s'élèvent à près de 1,6 million $.  

Un parcours exceptionnel

Tous les participants aux épreuves de cyclisme sur route rencontrés à la fin du Gran Fondo ou des défis de 105 et 60 km se disaient extrêmement heureux de leur journée. Ils ont vanté la qualité du parcours, mais aussi de l'organisation.  

Éric Laverdière de Terrebonne était un des courageux qui ont pris part au Gran Fondo de 165 km. Visiblement fatigué après 5 h 43m d'efforts, il était malgré tout très satisfait de son expérience. «Ça s'est bien passé, mais tu dois revenir à toi-même, à ton énergie. C'est un très beau parcours», a souligné celui qui vivait ses premiers Défis du parc, quelques instants après avoir franchi le fil d'arrivée. «Et l'ambiance est bonne.»

Pour Daniel Faucher, il s'agissait de sa troisième participation aux Défis du parc. L'homme de Bécancour a complété le parcours de 105 km en 3 h 17m. Il estime que la qualité de l'organisation est ce qui permet à l'événement de se démarquer. «On a eu une super de belle journée et ne pouvait pas demander mieux. Les gens ont été courtois, sympathiques. C'est une très belle organisation, vraiment, et je n'ai pas vu d'incident. De toute beauté», a-t-il précisé après avoir roulé 105 km. 

Les Défis du parc attirent énormément de participants de l'extérieur de la région. Près du trois quarts d'entre eux ne sont donc pas des résidents de la Mauricie. Parmi ces participants de l'extérieur de la région, on retrouvait Denis Vachon de Vancouver. L'homme a profité d'un voyage au Québec chez des proches pour prendre part à la 10e édition des Défis du parc. Il a grandement apprécié sa première randonnée dans le parc national. «Aucun trafic avec le beau soleil, c'est génial», a-t-il souligné après son défi de 105 km en avouant que cette expérience était à refaire.  

Certains, comme William Riverain et Raphaëlle Côté de Montréal, prenaient part aux Défis du parc en couple. Ces deux jeunes parents ont accueilli il y a neuf mois un bébé, alors ils ont préféré participer au parcours de 60 km, plus court.

«C'était extraordinaire. C'est magnifique, c'est beau et il fait super beau. C'était super le fun», n'a pas hésité à dire Raphaëlle Côté. 

«C'est rare qu'au Québec on puisse rouler sur un asphalte aussi parfait. Aucune voiture et un bon calibre de cyclistes, ça roulait bien», a renchéri son conjoint.

Les fondatrices de l'équipe féminine, Dre Chantal Guimont... (Sylvain Mayer) - image 4.0

Agrandir

Les fondatrices de l'équipe féminine, Dre Chantal Guimont et Marie-Josée Gervais, en compagnie des nombreuses membres de l'édition 2016 des Roses.

Sylvain Mayer

La détermination des Roses

Le programme de l'équipe féminine, aussi appelé les Roses, est maintenant une tradition bien ancrée des Défis du parc. Cette équipe fondée par Marie-Josée Gervais et la Dre Chantal Guimont a comme objectif de donner le goût de l'activité physique à des femmes qui souhaitent se mettre en forme.

Depuis plusieurs années, les réussites des Roses s'accumulent et les anciennes participantes veulent continuer la tradition en poursuivant l'aventure ou en accompagnant de nouvelles membres. Elles étaient 260 femmes cette année à porter le reconnaissable maillot rose. 

Cynthia Gagné de l'équipe féminine et sa partenaire Mylène Cloutier en étaient samedi à leur troisième participation au défi de 105 km. «Ça s'est très bien passé. J'ai la meilleure partenaire du monde, elle m'a traînée tout le long», a avoué Cynthia Gagné avec un large sourire. «Ce fut 105 km de bonheur», s'est alors exclamée en riant Mylène Cloutier.  

«On s'entraîne ensemble depuis trois ans, mais Mylène est plus rapide que moi. On s'était dit qu'on le faisait ensemble cette année. Elle m'a poussée à fond», a ajouté Cynthia Gagné qui précise que l'entraînement avec l'équipe féminine est «extrêmement motivant». Pour elles, il est inconcevable de lâcher cette équipe. Julie Bérubé du secteur Sainte-Flore à Shawinigan venait tout juste de terminer son premier défi de 105 km avec les Roses lorsque nous l'avons rencontrée. 

«Le parcours s'est super bien passé. J'ai adoré mon expérience», a-t-elle souligné à son arrivée. «C'était formidable. Les bénévoles partout le long du parcours nous encourageaient.»

À l'instar de toutes les membres des Roses, Julie Bérubé a grandement apprécié l'énergie et l'entraide qui se dégageaient lors des nombreux entraînements de cette équipe entièrement féminine. «Nous avons une belle fusion et un beau travail d'équipe. Merci à Marie-Josée Gervais et Chantal Guimont, elles sont des êtres exceptionnels qui nous ont amenées là», a-t-elle tenu à souligner. «Je suis fébrile, bien et contente. J'ai faim... je vais aller prendre une bière», a-t-elle dit en riant.

Marie-Josée Gervais a une admiration sans bornes pour les membres de l'équipe féminine. Elle estime qu'elles sont toutes des ambassadrices de l'activité physique auprès de leur famille et collègues de travail. 

«C'est incroyable à quel point ces femmes sont transformées en un an», précise-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer