Agrandissement de l'école Notre-Dame: le dossier présenté à Québec mardi

L'école primaire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel a besoin d'être agrandie.... (Olivier Croteau)

Agrandir

L'école primaire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel a besoin d'être agrandie.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Notre-Dame-du-Mont-Carmel) La Commission scolaire de l'Énergie ira défendre le dossier d'agrandissement de l'école Notre-Dame, à Notre-Dame-du-Mont-Carmel, le 27 septembre en après-midi, à Québec. Le projet estimé à trois millions de dollars comprend l'ajout de quatre classes, de même que l'aménagement d'un nouveau gymnase.

Après la victoire remportée par la communauté de Saint-Boniface pour assurer la pérennité de son école, Notre-Dame-du-Mont-Carmel se mobilise pour arriver au même résultat. Lors de la tumultueuse assemblée publique du 6 septembre où le débat sur le hockey mineur avait pris beaucoup de place, le conseil municipal avait adopté une résolution, en toute fin de soirée, pour appuyer la demande de la CS de l'Énergie.

À Saint-Boniface, l'édifice municipal, un ancien collège, peut dépanner l'école Sainte-Marie en attendant la réalisation des travaux d'agrandissement. La salle communautaire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel ne possède pas la même configuration, ce qui rendrait le transfert des jeunes plus difficile. 

«Nous avons une grande salle, mais pas de locaux», indique le maire, Luc Dostaler. «Ça devient un peu plus compliqué. Avec une réponse positive du ministère et un échéancier, on pourrait aménager quelque chose de temporaire. Mais sur une base permanente, ça deviendrait un peu plus difficile.»

Comme à Saint-Boniface, le milieu devra se battre contre une règle administrative, qui veut que si des classes sont disponibles dans un rayon de 20 kilomètres, les jeunes doivent y être transférés. Or, des écoles du secteur Shawinigan-Sud pourraient très bien accueillir les débordements prévus.

«J'ai bon espoir que la décision pour Saint-Boniface - dont le besoin, il faut l'avouer, était plus criant que pour nous - fera boule de neige et aidera la demande de la Commission scolaire», souhaite M. Dostaler.

Actuellement, l'école Notre-Dame accueille 460 élèves. Dans le dernier plan triennal de répartition et de destination des immeubles de la CS de l'Énergie déposé en décembre 2015, on en prévoyait 439 pour l'année scolaire 2016-2017. Pour les deux années suivantes, le nombre semblait se stabiliser autour de 465 élèves, mais ces prévisions seront évidemment révisées.

Un gymnase s'ajoute

Dans ce dossier, il s'agit d'une troisième demande formulée par la CS de l'Énergie. Au départ, la priorité était mise sur l'ajout de quatre classes. Mais dans une résolution adoptée le 30 août dernier, le conseil des commissaires a décidé d'intégrer un nouveau gymnase au dossier, afin de soutenir la croissance du milieu.

Depuis quelques années, le personnel de l'école doit démontrer beaucoup d'imagination pour accueillir tous les jeunes dans un environnement acceptable. La résolution adoptée le 30 août en donne un aperçu dans son préambule, en précisant que «l'école Notre-Dame possède un service de garde très achalandé (environ 250 élèves quotidiennement) et que cela nécessite l'utilisation de plusieurs locaux dont des classes et autres locaux dédiés, tel que laboratoire informatique, le tout dans un contexte de la présence d'un grand nombre de dîneurs».

«L'école est déjà pleine au bouchon!», résume Sylvie Rainville, directrice adjointe des Services des ressources matérielles et des technologies de l'information. «Nous avons développé des groupes qui sont dans les locaux au sous-sol, nous avons fait des compromis en mettant deux groupes ensemble dans le gymnase. 

Nous avons trouvé des solutions très créatives pour répondre à la pression du milieu, qui veut garder son monde à Notre-Dame-du-Mont-Carmel.»

Mme Rainville souligne que ces «aménagements de compromis» ont atteint leurs limites. La CS de l'Énergie a effectué un réaménagement dans une partie de l'école, il y a deux ans, qui a permis de faire passer le nombre de classes de six à huit, dans la même superficie de plancher.

«Quand quelque chose est surutilisé, ça demande plus d'entretien et de réparation», fait remarquer Mme Rainville. «On est à la limite partout ou même un peu sous les normes.»

Lors du même conseil des commissaires, la CS de l'Énergie a aussi demandé au ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur des demandes d'aides financières pour la construction de nouveaux gymnases aux écoles Villa-de-la-Jeunesse, Laflèche, des Bâtisseurs, Plein Soleil, Primadel et La Croisière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer