Une Nuit d'horreur à Mont-Carmel

Éric Paul Parent des Productions Hérôle devant des... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Éric Paul Parent des Productions Hérôle devant des acteurs-animateurs de la première Nuit d'horreur.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Notre-Dame-du-Mont-Carmel) Que diriez-vous si on vous offrait de vous kidnapper, de vous enfermer dans un espace restreint de déchirer vos vêtements ou bien de vous enterrer vivant le tout pour 200 $? Croyez-le ou non, près de 150 personnes amateurs d'expériences immersives intenses ont participé ce week-end à l'événement La nuit de l'horreur à Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

Les entreprises Hérôle ainsi qu'Obsidem organisaient cette nuit d'horreur pour des participants de partout au Québec. Éric Paul Parent des Productions Hérôle avoue que cette soirée, qui se répétera le 1er octobre prochain, s'adressait à des personnes aimant les expériences d'immersion et les sensations fortes.

«Les participants recherchent les mêmes sensations que dans des montagnes russes ou lors d'un saut en parachute. Ils sont fiers de dire qu'ils l'ont réussi», explique celui qui est aussi derrière les parcours de peur de la vieille prison de Trois-Rivières. 

Avec l'aide d'une quarantaine d'acteurs-animateurs, les organisateurs jouent avec les sens des participants. L'idée est de créer un sentiment d'insécurité comparable à celui que l'on ressent la nuit dans la forêt lorsque l'on est seul. Et les participants voulaient vivre ces émotions intenses. 

Les organisateurs proposaient trois forfaits pour cette nuit, allant de 150 $ à 200 $. La différence entre ces trois options: l'intensité de l'expérience. Les participants portant des gilets verts pouvaient se faire poursuivre, se faire salir et se faire éclabousser de sang ou d'autres liquides louches, alors que ceux qui portaient des gilets rouges risquaient de se faire isoler, kidnapper, attaquer, enfermer dans un espace restreint, abandonner dans les bois ou carrément se faire enterrer vivant. 

«Nous avons limité le nombre de gilets rouge à 25. Et c'est ce qui se vendait le plus», affirme Éric Paul Parent. «Nous n'avons que dix gilets verts par soir. Le reste, ce sont des gilets jaunes.»

La grande majorité des participants s'exposaient toutefois à se faire recouvrir la tête d'une cagoule, kidnapper, bousculer ou attaquer. 

Cette Nuit d'horreur se déroulait selon un scénario bien orchestré... pour le début du moins. L'instant d'une nuit, le site de Biathlon Mauricie de Notre-Dame-du-Mont-Carmel est devenu la ville de Notre-Dame-des-Six-Martyres. 

En 1931, un incendie a détruit la majorité des bâtiments de ce village, dont l'asile. Un mal étrange s'est toutefois répandu au cours de décennies suivantes augmentant le nombre de difformités chez les enfants. De nos jours, un groupe d'archéologues a entrepris des fouilles sur le site de l'ancienne ville avant de disparaître. Les participants à la Nuit d'horreur ont entrepris une battue pour les retrouver. C'est à ce moment que la nuit s'est transformée en cauchemar. 

Une deuxième Nuit d'horreur aura lieu le 1er octobre prochain. Toutes les places disponibles sont déjà vendues, signe que le tourisme d'immersion extrême a plusieurs amateurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer